RMC

Des billets à 24 euros: pourquoi assister aux JO de Paris 2024 sera relativement accessible

Le Comité d'organisation des Jeux olympiques a donné des premiers éléments en ce qui concerne la billetterie pour les JO de Paris 2024. On sait par exemple que près de 10 millions de billets seront mis en vente, dont certains à seulement 24 euros. En revanche, ce qui devrait coûter beaucoup plus cher, c'est le logement.

Assister aux Jeux olympiques de Paris 2024 sera relativement accessible financièrement. Près de 10 millions de billets seront mis en vente pour les JO et 3,4 millions pour les Paralympiques.

Un million de billets seront vendus 24 euros l'unité, et ce, pour tous les sports. Et près de la moitié des billets grand public le seront à moins de 50 euros. Quant aux plus chers, pour des événements très prisés tels que la finale du 100 m en athlétisme ou celle du tournoi de basket masculin, le prix maximum a été fixé à 950 euros. A noter toutefois qu'il n'y aura pas de ticket disponible pour le surf à Tahiti...

La fourchette de prix est moins large que pour les JO de Tokyo: 15 à 2.300 euros. Sinon les prix d’appel sont plus bas pour que pour la Coupe du monde, mais ensuite ça se vaut.

Le prix des logements, principale difficulté?

Si vous prenez les prix des matchs de poules pour la Coupe du monde, ils sont étalés entre 62 euros et 200 euros avec quatre catégories différentes. Les résidents qataris pouvaient obtenir le Graal pour un montant de 10 euros à 190 euros. Pour les JO, cette préférence nationale existait aussi, mais elle a été supprimée pour les JO de Paris.

Les billets ne seront pas le plus gros poste de dépense des spectateurs. Si vous venez de loin, c’est bien évidemment le logement qui va absorber l’essentiel de votre budget. Airbnb estime à environ 50.000 le nombre de places d’hébergement qui manqueront pour accueillir l’ensemble des visiteurs. Les prix vont inévitablement flamber.

Par le passé, on a eu l’exemple de Rio. Le logement avoisinait les 107 euros la nuit en temps normal, il est passé à 185 pendant les JO. À Londres en 2012, les habitants ont même eu l’interdiction de proposer leur logement en location sous peine d’une amende de 23.000 euros.

Emmanuel Lechypre