RMC

JO de Paris: le plan du gouvernement pour tenter de sauver les festivals de l'été 2024

Le gouvernement tente de sauver les festivals de l’été 2024, menacés par les Jeux olympiques de Paris. Un plan en plusieurs phases est en cours d'élaboration.

Gérald Darmanin les avait pourtant enterrés le 25 octobre dernier pour concentrer les forces de l’ordre sur la sécurité des Jeux olympiques et paralympiques de Paris. C’était sans compter la levée de boucliers du monde de la culture et du ministère de la rue de Valois. Après discussions avec l’Elysée, le gouvernement cherche désormais à préserver au maximum les festivals de l'été 2024. Des réunions hebdomadaires ont lieu à Matignon pour affiner le dispositif. Les petits festivals ne sont plus concernés par les interdictions ou les reports. Et les choses sont en train de s’organiser pour les grands événements qui accueillent plus de 100 000 personnes.

>> Suivez RMC sur Google pour retrouver les dernières actualités 

Un plan en quatre phases

Selon nos informations, un calendrier en quatre phases a été élaboré. Dans la première, entre le 20 juin et le 18 juillet 2024, les grands événements devraient finalement pouvoir se tenir, malgré le passage de la flamme olympique un peu partout en France. Cela pourrait donc passer pour les Eurockéennes de Belfort ou le Hellfest, même s’il faut encore rester prudent.

Du 18 juillet et jusqu'au 11 août, en revanche, priorité absolue à la sécurité des Jeux et des 11 millions de touristes attendus. Les Vieilles Charrues pourraient donc devoir avancer leurs dates et des discussions sont en cours.  

Pendant la troisième phase, entre le 11 août et le début des Jeux paralympiques le 28 août, peu de changements sont prévus car peu de manifestations culturelles sont organisés. Cela redeviendra beaucoup plus compliqué pour la culture dans la quatrième phase, entre le 28 août et le 8 septembre. La sécurité sera concentrée sur les Jeux paralympiques et la rentrée scolaire.

L'objectif de ce calendrier en quatre phases est d'éviter tout débordement ou acte terroriste pendant les JO de Paris 2024, tout en préservant la culture.

Une copie finale avant le 15 décembre, les fêtes de Bayonne toujours en suspens

Selon l’entourage de la ministre de la Culture, Rima Abdul-Malak, des festivals comme celui d’Avignon devraient être sauvés et pouvoir se tenir, à condition de quelques ajustements de calendrier. En tout cas, le gouvernement refuse pour le moment de dévoiler son plan trop vite. Il rendra sa copie finale aux organisateurs de festivals avant le 15 décembre.

Evidemment, il y pourrait y avoir des conséquences économiques en cas d’annulation ou de report. Un festival comme les Francofolies, c’est par exemple 15 millions d’euros de retombées. Il y aura aussi des déçus et peut-être des sacrifiés, comme les grandes fêtes du Sud-Ouest, Dax, Mont-de-Marsan et Bayonne, qui nécessitent la présence d'importantes forces mobiles et sont toujours en suspens.

Jérémy Trottin avec MM