RMC

Des évêques reçoivent des enfants de prêtres: "C'est déjà une grande avancée"

Des fils et filles d'ecclésiastiques, membres de l'association Enfants du silence (EDS), vont être reçus jeudi par des membres de l'épiscopat à Paris. Anne-Marie Jarzac-Mariani, fille de prêtre et présidente de l'association, était l'invité de Bourdin Direct ce jeudi matin.

C'est une rencontre inédite qui aura lieu ce jeudi. Des enfants de prêtres vont être reçus par des membres de l'épiscopat. Honte, tabou, secrets de famille, pressions de l'Eglise ou de l'entourage... ces enfants de prêtres ou de religieuses, devenus majeurs, attendent des signes de reconnaissance de l'institution catholique.

Anne-Marie Jarzac-Mariani, fille d'un prêtre et d'une religieuse, présidente de l'association Enfants du silence (EDS), participera à cette rencontre. Il faut réhabiliter les enfants de prêtre, il faut qu'ils redressent la tête. "Ils n'ont pas à avoir honte, ils ne sont pas responsables de leur situation. Dans notre association, certains ont été abandonnés, d'autres ont vu leur père continuer leur ministère tout en les élevant. Certains ont été traités de bâtard, d'enfant du diable", a-t-elle raconté sur RMC.

"Le célibat des prêtres, c'est une histoire d'hommes et pas de loi divine"

Elle estime que l'Eglise doit encore avancer sur le sujet: "Les silences de l'Eglise vis-à-vis de ces enfants nous ont fait penser que l'on représentait une menace et c'est ce qui nous a blessé. (…) Cette rencontre est déjà une grande avancée. Nous allons avoir un premier contact. Les questions ne vont pas manquer. C'est bien beau que Rome accepte qu'un prêtre quitte son ministère, mais qu'est-ce qu'on va lui donner pour se reconstruire, se reconvertir? Il y a encore bien des choses à revoir. J'espère seulement que ça va se passer dans la confiance".

Anne-Marie Jarzac-Mariani déplore aussi la rigidité de l'Eglise au sujet du célibat des prêtres: "Après la venue de Jésus, il n'a jamais été question du célibat des prêtres. Tout le monde sait que c'est à partir du 11e siècle que le pape Grégoire VII a décrété que les enfants de prêtres étaient des bâtards et les mariages de prêtre invalides afin que les biens reviennent à l'Eglise et pas aux familles. C'est une histoire d'hommes et pas de loi divine".

Paulina Benavente