RMC

Des victimes de prêtres pédophiles reçus par les évêques à Lourdes: "Certains ont peut-être quelque chose à se reprocher"

Les 118 évêques catholiques de France vont recevoir des victimes de prêtres pédophiles. Mais les associations de victimes auraient préféré que ces rencontres aient lieu dans l'Hémicycle.

Les évêques de France vont recevoir des victimes de prêtres pédophiles à Lourdes. À partir de samedi, à l’occasion de leur assemblée plénière, les évêques vont pouvoir échanger avec huit victimes dans le cadre de groupes de travail. 

Les associations de victimes, elles, souhaitaient que ces rencontres aient lieu à l’Assemblée nationale comme le confirme Olivier Savignac, qui ira devant les évêques.

"La réponse des évêques à ça c’est ‘nous ne sommes pas encore prêt’. Je pense que ça gêne certains évêques encore qui ont peut-être quelque chose à se reprocher. Par contre, il y a d’autres évêques qui veulent avancer sur cette question-là. Malgré tout, on se sent un petit peu délaissé", explique cette victime, qui a été abusée sexuellement par un prêtre à l’âge de 13 ans. 

Selon lui, l’Église doit prendre la question de la pédophilie "à bras-le-corps". "C’est l’enjeu vital pour l’Église aujourd’hui de traiter cette question-là. On demande des réponses concrètes avec un travail, des axes…", explique Olivier. 

Vers la mise en place d'une commission indépendante

Les victimes ne sont d’ailleurs pas les seules à vouloir que la question de la pédophilie au sein de l’Église soit résolue. En effet, certains prêtres craignent les amalgames. C’est notamment le cas du père Bruno Lefebvre Pontarlier. Il a décidé d’en parler pendant les messes dans sa paroisse du VIIe arrondissement de Paris. "C’est un tout petit nombre de prêtres qui est déviant", assure-t-il. 

Il soutient la volonté de la Conférence des évêques de mettre en place une commission indépendante sur la pédophilie. "Comment se fait-il qu’il y ait eu cette omerta? Qu’est ce qui a joué? Cette vérité ne peut être faite que par une commission indépendante qui serait confiée à une personnalité dont la probité, la crédibilité, la notoriété au sein de la société française seraient la garante de son indépendance et de son impartialité", explique Olivier Ribadeau Dumas, porte-parole de la conférence des évêques de France. Au moins, 450 signalements pour des abus sexuels ont déjà eu lieu depuis huit ans.

Guillaume Descours