RMC

Dupin Quotidien: les voitures électriques bientôt plus bruyantes pour limiter le risque d'accident

Les voitures électriques sont silencieuses, c'est aussi pour ça qu'elles sont agréables à conduire. Mais un moteur trop silencieux peut être dangereux et causer des accidents. L'Union européenne va imposer un niveau sonore minimum aux véhicules électriques.

Silencieuses, donc dangereuses. Si les voitures électriques provoquent moins de pollution sonore, elles sont considérées par certains comme dangereuses à cause du peu de bruit que fait le moteur. L'Union européenne va imposer un niveau sonore minimum aux véhicules électriques. Une voiture devra désormais émettre un signal sonore de 56 décibels minimum quand elle roule à moins de 20 km/h. L'équivalent d'un lave-vaisselle, mais moins qu'une imprimante ou qu'un aspirateur. 

C'est légèrement moins bruyant qu'une voiture thermique, qui est proche des 65 décibels à faible allure. Mais à une vitesse plus élevée, tous les modèles font le même bruit. Toutes les voitures hybrides et électriques devront s'y soumettre à partir du 1er juillet pour être homologuées. 

Le risque le plus important, il concerne surtout les piétons. En effet, même à pied, nous sommes souvent absorbés par nos smartphones, et bien trop habitués au bruit d'un moteur classique pour faire attention à une voiture silencieuse. D'après la sécurité routière américaine, un véhicule sans bruit augmente de 20% le risque de collision avec un piéton. 

Des bruits personnalisables?

L'Union européenne laisse la liberté aux constructeurs de choisir comment intégrer un signal sonore et lequel. Certains y travaillent depuis plusieurs années comme Renault. Zoé respecte déjà la future réglementation européenne. Grâce à un petit haut-parleur placé dans le moteur, vous pouvez choisir trois sons pour alerter les piétons: clinquant, sportif ou neutre. 

Volkswagen pourrait aussi nous laisser le choix de personnaliser notre signal sonore, comme on pourrait le faire pour une sonnerie de portable. Il y a aujourd’hui 223.000 véhicules hybrides ou électriques qui circule en France. Dont seulement 180.000 qui sont 100% électrique. Cela représente à peine 2% de tout le parc automobile français.

Même si les ventes ont progressé de 47% depuis début janvier par rapport à 2018, on est loin du million visé par les professionnels du secteur d'ici 2022 alors que la loi Mobilités, elle, veut interdire les voitures thermiques, diesel et essence d’ici 20 ans. 

Anaïs Bouitcha avec Guillaume Descours