RMC

"Dupin Quotidien": réduction du chômage partiel, comment ça va se passer?

Tous les jours à 7h20, on parle éco et conso avec Marie Dupin, dans "Bourdin Direct", sur RMC.

On le sait, le dispositif de chômage partiel n’a pas vocation à durer. Voilà ce que dit le gouvernement qui prévoit donc de réduire la voilure dans les prochaines semaines, alors que l’Etat prend aujourd’hui en charge les salaires de six salariés du secteur sur dix. Alors, comment ça va se passer concrètement cette réduction du dispositif?

La première chose est que les entreprises vont devoir mettre la main au portefeuille. Le dispositif de chômage partiel mis en place durant le confinement coûte entre 3 à 4 milliards par semaine à l'Etat. Aujourd’hui, l’Etat et l’assurance chômage prennent en charge le chômage partiel entièrement jusqu’à 4,5 SMIC. Et bientôt ce ne sera plus le cas.

Les patrons des petites et des grandes entreprises devront en payer une partie à leurs salariés. Quel pourcentage exactement? On ne le sait pas encore. C’est en discussion avec les partenaires sociaux. Une chose est sûre: pour les entreprises qui n’ont pas l’autorisation de rouvrir comme les bars, les restaurants ou les salles de sport, le chômage partiel sera toujours indemnisé totalement par l’Etat. 

Si je suis chef d’entreprise, et que mon activité redémarre, est-ce que je peux garder une partie de mes salariés au chômage partiel?

Oui et ce sera toujours le cas à partir de début juin.

Les critères pour maintenir des salariés au chômage partiel seront à peu près les mêmes : soit l’activité a repris mais trop doucement, avec une baisse de chiffre d’affaire, soit l'entreprise rencontre des difficultés d’approvisionnement, soit elle ne peut pas mettre en place les mesures sanitaires pour assurer la sécurité des salariés. Et on va aller vers une individualisation du dispositif.

C’est-à-dire qu’il va falloir choisir parmi des salariés à compétence égales ceux qui restent ou pas en chômage partiel. Et puis, il faudra aussi peut être un accord au niveau de l’entreprise voire un accord au niveau de la convention ou un accord de branche.

Jusqu’à quelle date les "personnes vulnérables" pourront-elles bénéficier du chômage partiel ?

Les personnes fragiles, les plus de 65 ans, les personnes ayant une pathologie respiratoire chronique ou les femmes enceintes ont droit au chômage partiel si elles ne peuvent pas télétravailler.

Après le 2 juin, c’est plus flou: on ne sait pas bien si le dispositif sera maintenu. Idem pour les parents dont les enfants n’ont pas repris l’école.

Ils pourraient avoir besoin d'une attestation de l’école de l’enfant, justifiant qu'il ne peut pas s'y rendre. Et si c’est le cas, est-ce que les entreprises devront là aussi mettre la main au portefeuille? La ministre du Travail devrait apporter des réponses à ces questions d’ici la fin du mois peut-être dès cette semaine. 

Marie Dupin