RMC

Baisse de la Paje: "Ces 15 euros en moins auront un impact sur la qualité de vie de notre enfant"

-

- - AFP

Dans le cadre de l'examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) qui débute ce mardi à l'Assemblée, le gouvernement envisage de réduire les montants de l'allocation de Prestation d'accueil du jeune enfant, la Paje. Cette aide aux parents pourrait être diminuée de 15 euros et les plafonds d'attributions revus à la baisse. RMC a rencontré une famille modeste.

Après les recettes de l'État, l'Assemblée nationale s'attaque ce mardi au budget de la Sécurité sociale 2018. Les députés vont plancher au moins jusqu'à vendredi sur les 57 articles du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS). Parmi les principales mesures du projet de loi: la hausse de la CSG, le paquet de cigarettes à 10 euros, mais pas seulement. Le gouvernement entend aussi modifier les conditions de ressources et les montants de l'allocation de Prestation d'accueil du jeune enfant, la Paje.

Aujourd'hui, les parents d'enfants de moins de 3 ans touchent jusqu'à 184 euros par mois et par enfant. Au 1er juillet prochain, cette aide pourrait être diminuée de 15 euros et les plafonds d'attributions revus à la baisse. À cause de la baisse des plafonds, une partie des parents bénéficiaires perdront plus de 1.100€ par an. 1,5 million de familles sont éligibles à la Paje, selon le gouvernement.

"Il va falloir se restreindre un peu plus"

Seuls les parents dont l'enfant est né après le 1er juillet 2018 inclus seront concernés. Rien ne change pour les enfants nés avant le 30 juin prochain. Selon l'Union nationale des associations familiales (UNAF), 10% de bénéficiaires sortiraient du dispositif. Ce serait 4%, selon le gouvernement.

RMC a rencontré Marie et Thomas, 39 et 26 ans, parents d'une petite fille de 13 mois qui seraient concernés par cette mesure. Elle est infirmière, lui magasinier. A eux deux, Marie et Thomas gagnent moins de 3.000 euros nets par mois. Pour cette famille "modeste" de banlieue parisienne, cette annonce est un coup dur. "Notre deuxième enfant ne pourra peut-être pas bénéficier de la même qualité de vie que le premier du coup, car il va falloir se restreindre un peu plus", anticipe Marie.

"On peut faire pas mal de choses avec 15 euros"

Chaque mois, la totalité des 184 euros que touche ce couple est engloutie dans le salaire de leur nounou. Si cette aide devait être amputée de 15 euros par mois, il faudrait faire des choix dans l'éducation de leur futur enfant. "15 euros en moins, cela peut paraître pas énorme pour certaines familles, mais pour des gens qui ont des revenus moyens, c'est déjà bien. On peut faire pas mal de choses avec cette somme. Ça peut être une petite sortie pour une bonne évolution de l'enfant, par exemple. Dorénavant, on se dira qu'on ne pourra pas la faire parce qu'il faut payer la nounou, payer ceci, payer cela…"

Pour Marie-Andrée Blanc, la présidente de l'UNAF, le gouvernement se trompe de cible. "Ça touche les familles à revenus modestes, et en face on voit qu'on fait un cadeau de 3 milliards d’euros aux personnes les plus riches en supprimant l'ISF. Ça me choque". Avec cette mesure le gouvernement espère réaliser 500 millions d'euros d'économies en 3 ans.

P. Gril avec Benoît Ballet