RMC

Comment faire aimer les maths? "Il faut raconter l'histoire des théorèmes et expliquer à quoi ça sert"

-

- - Flickr CC - Université Saclay

Mais pourquoi tant de gens sont fâchés avec les mathématiques? Alors que le ministère de l'Éducation a confié au mathématicien Cédric Villani une mission pour améliorer l'enseignement des maths, RMC.fr a joint Eric Pruvost, enseignant youtuber, qui donne des clés pour rendre les maths plus intéressante.

Eric Pruvost est enseignant de mathématiques en école d'ingénieur et à l'université, après avoir enseigné au lycée. Il donne des cours particuliers sur sa chaîne YouTube Maths PlusUn depuis août 2016. Il donne aussi des cours particuliers traditionnels.

"L'une des raisons pour laquelle j'ai fait ma chaîne YouTube, c'est que je voulais trouver un intermédiaire entre le cours magistral rébarbatif et la vulgarisation. J'ai remarqué que l'aspect historique était très pertinent pour intéresser aux maths. C'est pour ça que j'en incorpore dans mes vidéos. J'aime bien raconter l'histoire des mathématiciens et d'où viennent leur concept. Plutôt que de commencer par: définition - théorème, commençons par raconter d'où vient le problème, comment tel ou tel mathématicien à aborder ce problème, expliquer qu'il a fallu 200 ans pour faire le résoudre… et après seulement on arrive à la définition et au théorème.

C'est essentiel de donner le contexte historique et d'expliquer à quoi ça sert. Quand on explique aux élèves de terminales S que les mathématiciens ont mis plusieurs centaines d'années à admettre que dans les nombres complexes i2 vaut -1, l'étudiant se dit alors qu'il est normal de ne pas comprendre immédiatement. Ça peut permettre des déblocages.

Comme toute matière, les maths brutes c'est rébarbatif. C'est comme un philosophe qui écrirait un livre qui va avoir comme unique objectif de se faire mousser auprès de ses collègues, plutôt que d'apprendre la philosophie au lecteur. Si on écrit des paragraphes entiers en grec ancien, on ne risque pas d'intéresser à la philosophie.

"Quand on regarde certains manuels scolaires…"

Ce que je reproche à la plupart des livres de maths, c'est de ne pas donner envie de continuer. Parfois, en regardant certains manuels, je me dis que quelqu'un qui ne connaît pas les maths ne peut pas comprendre, c'est impossible. Quelqu'un qui aime les maths va adhérer, quelqu'un qui ne les aime pas va s'en éloigner. On fait tout pour que cette personne n'aime pas les maths. Si on présente les choses de manière brutale en disant: définition – théorème, sans dire d'où ça vient, sans donner le contexte, on ne donne pas envie d'écouter le cours. On a une pédagogie en France qui est très bonne à haut niveau mais qui, à plus bas niveau, est trop théorique.

"Beaucoup de gens ont envie d'aimer les maths"

Il faut trouver des idées pour faire en sorte que l'élève comprenne. Dans un de mes cours particuliers, à une élève qui n'arrivait pas à comprendre les nombres négatifs, j'ai utilisé un petit bonhomme qui se déplaçait sur la droite pour les nombres positifs, et à gauche pour les nombres négatifs. Au final, j'ai été surpris de voir des gens qui me disait au début qu'il n'aimait pas les maths finir par me poser des questions sur la mécanique quantique. Beaucoup de gens ont envie d'aimer les mathématiques. J'ai un élève de 38 ans dont le rêve est de faire une licence de maths, alors qu'il a toujours été nul dans cette matière et qu'il a arrêté l'école en 1ère. Il y a beaucoup de gens qui ont envie de comprendre."

Propos recueillis par Philippe Gril