RMC
INFO RMC

Près de 1.500 étudiants boursiers n’ont toujours pas perçu leur prime inflation

INFO RMC. Afin d'aider les étudiants dans ce contexte d'inflation, le gouvernement avait décidé de leur octroyer une prime inflation de 100 euros. Problème: d'après les informations de RMC, près de 1.500 étudiants éligibles ne l'ont toujours pas reçu, alors que les versements ont commencé le 15 septembre.

Ce contexte d'inflation a rendu les finances des étudiants encore plus fragiles qu'elles ne l'étaient. Afin de soutenir ces jeunes, le gouvernement avait décidé d'octroyer aux plus précaires et aux étudiants boursiers une prime inflation.

Pour pouvoir y prétendre, il fallait réunir certains critères. C'était le cas de Brice, 19 ans, en école d'ingénieur. Sa soeur aînée, aussi étudiante, et tous ses amis boursiers ont bien touché ces 100 euros, mais pas lui.

"100 euros pour un étudiant boursier c'est une grande somme. Personnellement, ça représente mon budget alimentaire du midi pour trois mois. Je me restreins, je dépense le moins possible, je mange au Crous et pas ailleurs", explique Brice.

Il ajoute: "Le Crous n'a pas l'air de tellement s'en préoccuper, ça m'insupporte un peu. Je pense qu'ils ne se rendent pas compte que pour les étudiants, 100 euros ça n'est pas rien."

Des dysfonctionnements au sein des organismes

Les versements ont commencé il y a plus de deux mois, le 15 septembre et devraient donc être terminés. Après plusieurs relances auprès des organismes, le père de Brice a contacté les équipes de "RMC s'engage pour vous".

Un agent du Crous (le service des bourses, entre autres) de Versailles aurait d'ailleurs confié à Brice qu'il n'était pas le seul. C'est bien le cas, d'après les informations de RMC, ils sont près de 1.500 à être dans cette situation.

Cette aide est versée par deux organismes: la Caisse d’allocations familiales (CAF) pour les étudiants qui touchent les aides au logement et le Crous pour les autres. Le problème, c'est qu'il y a eu des dysfonctionnements dans le transfert des données entre les deux.

Le problème bientôt réglé?

"Pour des raisons de sécurité, on ne peut pas utiliser le numéro de sécurité sociale des étudiants, donc les échanges de données se font sur la base des noms et prénoms des étudiants bénéficiaires chez l'autre opérateur. Pour peu qu'il y ait une différence d'orthographe, un trait d'union ou un accent, l'algorithme plante et de ce fait, l'étudiant est mis en anomalie, ce qui nécessite une reprise manuelle par les gestionnaires du Crous", explique Bénédicte de Percin, qui pilote le dispositif du Crous.

Pour autant, la situation devrait bientôt être réglée. Le Crous a assuré aux équipes de "RMC s'engage pour vous" qu'il allait accélérer le traitement de ces dossiers et qu'ils auraient tous été mis en paiement.

Elise Denjean (édité par AB)