RMC

Crèche de Laurent Wauquiez: "On transgresse la laïcité petit pas par petit pas"

-

- - -

Laurent Wauquiez, président (LR) de la région Auvergne-Rhône-Alpes, a déclenché une grosse polémique mercredi en installant au siège de la région d’une crèche géante de 14m2. Une grosse entorse à la loi sur la laïcité selon Sarah Boukaala, présidente du groupe PRG au conseil régional, qui envisage un recours au tribunal administratif.

Sarah Boukalaa, présidente du groupe PRG au conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes

"Ce qui me choque et m’ennuie, c’est qu’on est dans le non-respect de la loi de 1905. On est aussi dans un non-respect des décisions du Conseil d’Etat qui dit très clairement que, dans les sièges de collectivités territoriales, une crèche ne peut être installée. Sauf si elle a un caractère festif, culturel et artistique. Donc si on est sur du patrimoine ou des habitudes. Mais aucune crèche n’a jamais été installée au siège de la région Auvergne ou de la région Rhône-Alpes.

On peut tous se cacher derrière notre petit doigt en disant qu’on met en valeur l’artisanat. Mais il y a pleins d’autres manières de valoriser les artisans d’Auvergne et de Rhône-Alpes que d’installer une crèche. On oscille entre la provocation et l’écran de fumée. Avec cette crèche, on évite de parler des choses importantes. Ce jeudi, nous sommes en assemblée budgétaire. Nous votons un budget avec moins 75 millions d’euros de fonctionnement, et cela a des impacts très clairs sur des associations, sur des lycées… Au final, avec une très grosse entorse à la loi sur la laïcité, on préfère faire de la communication autour d’une crèche.

"Wauquiez savait très bien qu’en installant cette crèche ça allait créer une polémique"

Je ne sais pas s’il y a une volonté de créer une polémique. Mais on sait qu’aujourd’hui ce débat cristallise beaucoup d’enjeux. On a besoin dans notre société d’être sur un rapprochement, un vivre ensemble. Et le président Wauquiez savait très bien qu’en installant cette crèche ça allait créer une polémique.

C’est un caprice parce qu’aujourd’hui, en tant que président de la deuxième région de France, avec trois milliards d’euros de budget, je m’interroge sur le coup de cette installation. Et c’est un caprice parce que je ne sais pas si le président Wauquiez avait besoin de ça pour faire parler de lui dans la presse. En tout cas il y arrive. C’est réellement provocateur, et ça fait parler de la région sans aborder les choses importantes.

La taille de cette crèche n’est pas importante. Mais il n’y est pas allé de main morte. Là, personne ne peut la louper. En plus elle est à l’entrée, avant même le passage de sécurité. Il n’a rien fait pour qu’elle soit discrète. On est dans une période où, pour plein de raisons, la laïcité doit être une valeur de référence. C’est une valeur transpartisane mais, quand on la transgresse petit pas par petit pas, c’est la République qu’on remet en cause. Ce n’est pas qu’un détail. Le problème ce n’est pas la crèche, c’est le symbole de ce qu’elle porte".

Propos recueillis par Antoine Maes