RMC

Ecole en extérieur à Paris: "Cela se fait dans de nombreux pays du Nord", soutient le porte-parole d'un syndicat de parents d'élèves

Reconfinement : les écoles doivent-elles rester ouvertes à tout prix?

Reconfinement : les écoles doivent-elles rester ouvertes à tout prix? - Crédit Pixabay

La maire de Paris aimerait que cette option puisse se mettre en place dès l’arrivée des beaux-jours alors que le temps s’annonce un peu frais.

Faire classe en extérieur en plein hiver est-ce vraiment une bonne idée ? en tout cas, c’est ce que préconise Anne Hidalgo, la maire de Paris pour garder les écoles ouvertes, tout en tentant de ralentir l'épidémie de Covid-19. Et pour une fois, l'élue n'est pas seule. Elle a reçu le soutien de la PEEP, la Fédération des parents d'élèves de l'enseignement public

"Si ça paraît nouveau en France, c’est ce qui se passe dans de nombreux pays comme au Danemark, en Suède ou en Norvège. Cela permettrait de montrer un peu que l’école n’est pas seulement le lieu de la classe. Il y a plein de chose à apprendre en extérieur (…) On peut aussi apprendre sans tableau, on peut apprendre par le jeu et les enfants peuvent se dépenser physiquement", plaide ce mardi sur RMC Hubert Salaün, porte-parole de la PEEP.

>> A LIRE AUSSI - Opposée à un reconfinement, Anne Hidalgo propose à l'Education nationale de permettre l'école en extérieur

"Une période angoissante pour les enfants"

La maire de Paris aimerait que cette option puisse se mettre en place dès l’arrivée des beaux-jours alors que le temps s’annonce un peu frais. Mais au-delà du doux rêve, il faudra bien que les enseignants s’adaptent et que les parents d’élèves s’investissent alors que des problèmes de logistique risquent d’apparaître: "Il y a toujours des parents d’élèves prêts à accompagner. Pour la classe en extérieur, les parents le feront aussi. Il faut juste trouver le parc le plus proche", plaide Hubert Salaün.

Et cette initiative pourrait être généralisée, alors que le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer s’était dit favorable à de telles opérations cet été dans d’autres régions.

"C’est une période angoissante pour tout le monde et notamment les enfants. Mais les petits ont peut-être plus de mal à l’exprimer que les autres", conclut Hubert Salaün.

En attendant, la maire de Paris pourrait simplement privilégier l'ouverture des fenêtres ou conseiller la cours de récréation pour faire classe, des mesures plus facilement réalisables.

Guillaume Dussourt