RMC

"File dans ta chambre": faut-il déconseiller cette punition aux parents?

Pour le Conseil de l'Europe, intimer à son enfant d'aller dans sa chambre comme punition est une violence éducative. Car cette punition pourrait, selon certains psychologues, avoir des conséquences pour l’enfant. Mais tous ne sont pas d’accord.

Le Conseil de l'Europe veut lutter contre les violences éducatives. En conséquence, il ne fera plus la promotion d'une injonction bien connue des parents, le fameux "ça suffit, file dans ta chambre!". Après avoir recommandé ce "châtiment non violent", le Conseil fait machine arrière, alerté par plusieurs associations qui se battent contre les violences éducatives comme Stop VEO ou La fondation pour l'enfance.

"Si réellement, c’est laisser quelqu’un seul avec lui-même avec sa souffrance, ce sont des choses très négatives", explique à RMC le psychiatre Maurice Bensoussan. "Mais s’il s’agit d’être dans un cadre relationnel qui est protecteur, qui est aimant, et qui cherche à comprendre, à faire comprendre la notion de limites, je crois qu’on est là dans des valeurs éducatives", nuance le praticien, qui ajoute que les punitions permettent d'établir un cadre mais ne doivent jamais s'accompagner de violences physiques ou verbales.

"C'est une intrusion dans la vie parentale"

Mais la décision du Conseil de l'Europe ne séduit pas sur le plateau des "Grandes Gueules. "Pas de violences verbales? Mais si on ne peut plus gueuler sur ses gamins, ça ne va pas, il faut être fou", peste Willy Schraen, le patron des chasseurs français, sur RMC et RMC Story. "C'est une intrusion dans la vie et l'autorité parentale", abonde l'avocate Sarah Saldmann.

Pour le docteur Jérôme Marty, le vrai problème n'est pas là. "Je préfèrerais que le Conseil de l'Europe se préoccupe du fait que tous les enfants aient une chambre. Combien d'enfants n'ont pas de chambre individuelle? Le Conseil ferait mieux de s'occuper de ça plutôt que d'emmerder les familles de France. Et des psychologues disent que c'est très bien de dire 'file dans ta chambre', et d'autres que ce n'est pas bien. Le débat n'est pas tranché", assure-t-il.

"La bonne méthode, c'est la diversion"

Pédiatre et ancienne députée, Edwige Antier se félicite a contrario de la réflexion du Conseil de l'Europe. "La bonne méthode, c'est la diversion. Plutôt que de l'envoyer dans sa chambre, il faut l'occuper, l'enfant est curieux", explique-t-elle sur le plateau des "Grandes Gueules".

"Je vois les enfants se développer et je vois que ceux dont on respecte les besoins deviennent plus doués et ont un potentiel plus intéressant, par rapport à ceux qu'on humilie en les envoyant dans leur chambre", ajoute la pédiatre.

G.D.