RMC

Grève à l'école: pourquoi le mouvement s'annonce d'une ampleur inédite

Les enseignants se mettent en grève ce mercredi. Près de 75% d'entre eux pourraient suivre le mouvement. Ils veulent dénoncer des conditions de travail très dégradées et les protocoles sanitaires qui n'arrêtent pas de changer.

C'est une grève dans l'Education Nationale qui s'annonce inédite par son ampleur. Le syndicat de l'enseignement primaire, le SNUIPP estime que 75% des enseignants pourraient être en grève ce jeudi. Et la moitié des écoles pourraient être fermées. Les professionnels de l'éducation sont à bout. Et dénoncent des protocoles sanitaires qui évoluent sans cesse, des dégradations de travail et d'enseignement qui se dégradent.

Le mouvement sera suivi partout sur le territoire. Dans les zones rurales, où les syndicats tablent par exemple sur 40% de grévistes dans les Landes ou en Dordogne. Mais aussi évidemment dans les départements urbains, comme ceux de l'Île-de-France, du Rhône ou encore du Nord, où le taux de gréviste pourrait frôler les 80%.

Avec pour conséquences des fermetures de classes, et même d'écoles entières. Car compte tenu de l'ampleur de la mobilisation, il sera difficile pour les communes de mettre en place un service minimum d'accueil.

>> A LIRE AUSSI - Le protocole sanitaire à l'école modifié pour la seconde fois en quatre jours: "Ça décrédibilise tout"

Des protocoles sanitaires qui changent tout le temps

Ce qui explique cette impressionnante mobilisation, c'est l'unanimité des revendications. Enseignants du premier, du second degré, et même personnel de direction. Tous dénoncent un quotidien, et des conditions de travail et d'enseignement devenus impossibles.

Partout en France, des manifestations ou des rassemblements seront organisés ce jeudi. Devant les préfectures ou encore les rectorats. À Paris, le cortège partira à 14h du Jardin du Luxembourg.

Marie Regnier avec Guillaume Descours