RMC

Nouveau protocole sanitaire à l'école: "Je ne testerai pas mes enfants, je ferai quand même l'attestation" explique un infirmier

Le nouveau protocole sanitaire à l'école ne réduit pas le nombre de tests, mais doit permettre de désengorger au moins les pharmacies et les laboratoires avec l'autorisation d'utiliser des autotests. Pour leur fiabilité, il faudra faire confiance aux parents désormais.

Le gouvernement veut désengorger les labos et les pharmacies. Face à l’afflux massif pour se faire tester, Jean Castex a annoncé lundi une seconde modification en une semaine du protocole sanitaire à l’école. Désormais, les enfants cas-contacts à l’école pourront se faire tester à la maison grâce aux autotests. Ces autotests négatifs fonctionneront pour que l'élève retourne à l'école, accompagnés d'une attestation sur l'honneur des parents.

Le protocole sanitaire de Jean-Michel Blanquer, annoncé en grande pompe en exclusivité dans un article payant du Parisien, une dizaine d’heures avant la rentrée de décembre seulement, n’aura pas tenu une semaine. Désormais, il faudra faire une confiance aveugle aux parents d’élèves.

>> Tous les podcasts d'"Estelle Midi"

"Ce virus, on veut le laisser circuler et laisser les enfants se contaminer"

"Je vais faire les tests même si j’ai vécu une semaine horrible. J’ai quatre enfants, ils ont tous été trois ou quatre fois cas-contacts des uns et des autres et on a fait plusieurs fois la queue pendant une heure et demi", assure Emmanuelle Dancourt ce mardi sur le plateau d’Estelle Midi. "Je craque! Cette cinquième vague, on croit qu’on va en venir a bout avec des autotests qu’on ne trouve nulle part...", déplore-t-elle. "Je crois que ce viru,s on veut le laisser circuler et laisser les enfants se contaminer", s’inquiète Emmanuelle Dancourt.

Mais tous ne feront pas les tests: "Je ne testerai pas mes enfants s'ils n'ont pas de symptômes et je ferai quand même l'attestation", assure Pierre, infirmier libéral et auditeur de RMC. "Pour ça, je n'ai aucun honneur, je n’en ai rien à cirer, mes enfants ne craignent rien. Et s'ils tombent malades et vont en réa, je ferai partie du pourcentage misérable", assure-t-il.

Des parents pas tout à fait rassurés et des profs pas convaincus par le protocole sanitaire. Les ajustements du gouvernement ne sont pas parvenus à convaincre le corps enseignant dont les syndicats maintiennent leur appel à la grève pour la journée du 13 janvier.

>> A LIRE AUSSI - Le protocole sanitaire à l'école modifié pour la seconde fois en quatre jours: "Ça décrédibilise tout"

Guillaume Dussourt