RMC

"J'ai peur qu'il passe à l'acte": menacé de se faire "trancher la tête", un prof de maths témoigne

Un professeur de mathématiques de Grand-Quevilly (Seine-Maritime) a été menacé de mort lors d'une réunion parents-professeurs à la veille des vacances de la Toussaint. Il témoigne de sa peur au micro de RMC, et garde l'exemple de Samuel Paty en tête.

Après 30 ans de carrière, il n'avait jamais connu ça. Comme indiqué par RMC ce mardi, un professeur de mathématiques a été menacé de mort en public lors d'une réunion parents-professeurs au lycée Val-de-Seine au Grand Quevilly (Seine-Maritime) la veille des vacances de la Toussaint.

Le père d'une lycéenne a interpellé ce professeur en lui reprochant d'avoir placé sa fille au fond de la classe alors qu'elle souffre de dyslexie. Le parent d'élève s'emporte et accuse l'enseignant de mépriser ses élèves. Alors que personne ne parvient à le calmer, il finit par pointer du doigt le professeur et le menacer: "Vous continuez à traiter ma fille comme ça et je vous tranche la tête", a-t-il lancé, sans remarque d'ordre religieux.

>> Suivez RMC sur Google pour retrouver les dernières actualités

"Il a commencé à hausser le ton et dire que je traite sa fille comme une merde"

RMC a pu rencontrer la victime de ces menaces. Les mains encore tremblantes, il se remémore la scène: il attendait des parents pour les réunions parents-profs avec deux autres collègues dans la salle.

"Un monsieur est arrivé, costaud. Il se penche sur moi et me demande: "C'est vous le professeur de mathématiques? Vous avez quelque chose contre ma fille? Il commence à hausser le ton et dire que je traite sa fille comme une merde. Une collègue s'est levée et lui a demandé de se calmer. Et juste avant de partir, il m'a dit: 'Vous continuez comme ça avec ma fille et je vous décroche la tête'. Il l'a répété deux fois en me pointant du doigt".

Il portera plainte dès le lendemain. Même si dans son propos, rien de religieux n'est évoqué, qu'il n'y a pas de signe de radicalisation, le professeur a tout de même l'exemple de Samuel Paty en tête.

"Je ne vois que ça, il avait l'air sérieux. J'ai peur qu'il passe à l'acte. Bien sûr. Ce serait mieux pour moi de changer d'établissement. Je ne peux pas revenir", juse-t-il.

"Je trouve ça injuste"

Trente ans de métier pour ce professeur de mathématiques, qui reste très affecté par l'incident. Il redoute même parfois d'être suivi, même si la justice a interdit à ce parent d'élève de l'approcher.

"C'est un choc terrible. Je commence à regarder autour de moi quand je fais mes courses par exemple. Je n'ai jamais eu de problème avec qui que ce soit dans les parents d'élèves. Je trouve ça injuste", souffle-t-il.

Selon nos informations, le parent d'élève sera jugé le 16 mars 2023 par le tribunal correctionnel de Rouen pour menaces de mort.

Martin Cadoret (édité par J.A.)