RMC

"Je ne sais pas ce qui va m’arriver": avec la réforme du bac, les lycéens plongent dans l'inconnu

Cette année, les séries S, ES et L disparaissent, conséquence de la réforme du baccalauréat. Les élèves qui entrent en première expérimentent ainsi les nouveautés de la réforme du baccalauréat.

C’est une rentrée un peu spéciale qui attend les élèves qui entrent cette année en première. Conséquence de la réforme du baccalauréat, les filières dîtes classiques disparaissent. Les élèves ont un tronc commun de 16 heures par semaine, complété par trois enseignements de spécialité. Le but, selon le gouvernement: que les lycéens puissent avoir un parcours plus personnalisé, qui corresponde à leur projet professionnel. Les élèves de première de cette année seront ainsi les premiers à passer le bac nouvelle formule en 2021.

Laura prépare son sac de cours. Cette année, elle entre en première. Exit les filières S, ES et L, en plus d'un tronc commun, Laura a dû choisir trois enseignements de spécialité parmi les 12 proposés. "J’ai choisi histoire-géo, géo-politique, anglais et SES. Ça correspond à une ES d’avant", explique-t-elle. 

Inquiétude des parents

L'organisation de l'année n'est pas encore tout à fait fixée. Par exemple, ce matin, Laura va découvrir si toutes les spécialités qu'elle a choisies lui ont bien été accordées.

"Je ne suis pas très rassurée parce que je ne sais pas ce qui va m’arriver. On se dit ‘bon, on y va’, mais on ne sait pas où on va, ce qu’on fait", indique la jeune fille. 

Laetitia, la mère de Laura, fait bonne figure. Mais elle a l'impression que sa fille va servir de cobaye pour la nouvelle formule du bac.

"Il faut bien qu’il y ait des années de réforme, mais on sent bien que ce sont nos enfants qui vont effectuer les tests et les ajustements nécessaires. Ce n’est jamais agréable de se dire que ça tombe sur nos enfants. On a toujours que ça ne soit pas sur les nôtres", concède cette maman.

Elle espère donc que les enseignants vont faire un effort pour accompagner les élèves tout au long de l'année.

Camille Schmitt avec Guillaume Descours