RMC

Niveau d'orthographe des élèves: "Quand mon fils écrit, il y a une faute à chaque mot"

-

- - AFP

Selon une étude publiée mercredi par le ministère de l’Education nationale, les élèves français font de plus en plus de fautes. Sur une même dictée, les écoliers de CM2 sont passés de 10,6 fautes en 1987 à 17,8 fautes aujourd’hui. Une réalité que rencontre Nathalie, maman d’un enfant de 10 ans qui galère lui-aussi.

Nathalie (38 ans), maman d’un élève en CM2 près de Bergerac

"Je suis très inquiète. Mon fils est en CM2 et, à l’école, il n’y a plus de grammaire, plus de conjugaison. Ils ont une dictée par semaine, et c’est une dictée préparée, avec des mots à l’avance, des textes à lire et des phrases à formuler, soit en changeant de personne, soit en changeant de conjugaison. Mais ça s’arrête là. Et depuis le début de l’année je me suis aperçue qu’il n’y avait pas de cours de conjugaison. 

Son niveau est très faible. Quand il écrit un texte, il y a pratiquement une faute à chaque mot. Et le plus grave, je trouve, c’est que dans les cahiers que les instits ramassent le soir, rien n’est corrigé. On laisse passer des fautes d’orthographe qui sont énormes.

"On me répond que c’est comme ça, ce sont les nouveaux programmes"

J’en ai parlé avec mon enfant. Il en est conscient, mais il me dit ‘des fautes tout le monde en fait’. Moi ça m’inquiète un peu surtout, qu’il rentre en 6e l’an prochain. Et ce n’est pas que l’orthographe, c’est en langue française en général. Je trouve que l’orthographe, la grammaire et la conjugaison sont laissés de côté. J’en ai parlé avec les instituteurs, on me répond que c’est comme ça, ce sont les nouveaux programmes de cette année.

Moi j’ai un livre à la maison, un Bled, et je le fais travailler avec ça. Ça va parce que j’ai le temps. Je suis assistante maternelle et je débauche à 17h ou 17h30 le soir. Mais les parents ne sont pas tous comme ça. Du coup, les enfants ne sont pas tous égaux de ce côté-là. Et pour plus tard, s'il y a encore des grosses lacunes, il prendra des cours particuliers.

"Je ne vois pas quel employeur peut embaucher quelqu’un qui fait une faute à chaque mot"

Je trouve que le système éducatif, c’est du n’importe quoi maintenant. Est-ce que mon fils aura un niveau correct un jour, je ne sais pas du tout. Moi je suis assez pessimiste. Au niveau du travail, pour écrire une lettre, pour tout. Je ne vois pas quel employeur peut embaucher quelqu’un qui fait une faute à chaque mot. On me répond que les lettres de motivation ce n'est pas grave, on la tape sur ordinateur et ça corrige les fautes. Mais c’est pas ça la vie ça! Il y a une langue française, il faut la connaître sur le bout des doigts. C’est la nôtre après tout.

Mon fils n’a pas du tout honte! Ils s’en foutent maintenant les élèves, aussi bien que les instits d’ailleurs. Mais il y a des règles à connaître quand on est en CM2 et qui ne sont pas acquises. Le problème est général dans sa classe: pour moi, les enfants ne savent plus écrire, ça c’est clair.

Il n’a pas de téléphone, mais s’il écrit en langage SMS, j’essaie de passer derrière pour qu’il fasse des phrases avec un sujet, un verbe et un complément. Pour mon aîné, c’est pareil. Il a 12 ans, il fait des fautes mais beaucoup moins. Après, au collège c’est pareil, l’orthographe et la grammaire il n’y en a plus beaucoup. 

Je vois la différence avec ce que moi j’ai connu à l’école. A tout point de vue. Sur la méthode d’apprentissage qui n’est plus la même, par exemple. Moi je me rappelle avoir bouffé des lignes d’écriture en pagaille à l’école et ils ne le font plus du tout. C’est devenu du n’importe quoi."

Propos recueillis par Antoine Maes