RMC

Parcoursup: la plateforme accusée de discriminer les élèves des banlieues défavorisées

Un lycée de Seine-Saint-Denis a été bloqué jeudi en guise de protestation. Les lycéens estiment être discriminés en raison de leur position géographique. Qu'en est-il vraiment ?

La plateforme Parcoursup discrimine-t-elle les élèves des banlieues défavorisées ? En début de semaine, le président du département de la Seine-Saint-Denis a tiré la sonnette d'alarme. Il a adressé un courrier à la ministre de l'Enseignement supérieur dénonçant "l'opacité" de Parcoursup. Les premiers résultats défavoriseraient selon lui les élèves issus des quartiers populaires alors que près de 70% des inscrits sur la plateforme auraient reçu une réponse.

Une inquiétude partagée par plusieurs syndicats éducatifs. Ils estiment que les futurs bacheliers qui viennent de Seine-Saint-Denis sont moins bien lotis que les élèves des zones plus favorisées. En clair, ils auraient reçu moins de réponses positives que les autres élèves. Ce qui fait dire aux opposants qu'il sont discriminés en raison de leur origine géographique.

"Au final je n'aurai rien, je suis bloquée"

"J'ai travaillé toute l'année comme une dingue pour avoir mes voeux et finalement je ne les ai pas, j'ai entre 12 et 16 dans les moyennes mais pourtant ça ne suffit pas. C'est devenu inutile parce qu'au final je n'aurai rien, je suis bloquée", dénonce Lauriane du lycée Paul Eluard à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) qui a été bloqué jeudi en guise de protestation.

Si on prend l'exemple du lycée de Lauriane, le proviseur nous dit qu'il n'y a absolument pas matière à s'inquiéter. Ils nous a donné les derniers chiffres en sa possession, et 62% des élèves de terminale de son lycée ont reçu au moins une réponse positive.

Cela reste 8 points de moins que la moyenne nationale, mais ces chiffres évoluent de jour en jour. Avec Parcoursup, les lycéens n'ont plus à hiérarchiser leurs voeux, ils doivent donc attendre que la plateforme collecte l'ensemble des réponses à leurs demandes pour s'avoir s'ils sont admis ou non. Ce qui explique que certains, comme Lauriane, soient encore en attente.

Des critères de sélection opaques

Malgré tout, la manière dont Parcoursup sélectionne les étudiants pose question. Les universités et les écoles sont libres d'introduire dans l'algorithme de Parcoursup des critères de leur choix, et pourquoi pas géographiques ?

Plusieurs élus et syndicats réclament donc au ministère de l'Enseignement supérieur d'être totalement transparents sur les critères d'admission des étudiants. Et pour dissiper tout soupçon de discrimination, ils demandent également la publication des chiffres de Parcoursup, académie par académie.

J.A. avec Juliette Droz et Claire Checcaglini