RMC

“Plus il y a de diffusion à la télé, plus il y a de monde sur le terrain": la pétanque a le vent en poupe

En vacances, à la sortie du travail, en ville comme à la campagne ou au bord de la mer, le jeu de boules change son image et séduit désormais le plus grand nombre et les jeunes.

Les retraités n’ont plus le monopole de la pétanque. Qu’ils tirent ou qu’ils pointent, les joueurs sont de plus en plus jeunes. Un sport qui se démocratise, notamment depuis les confinements successifs.

>> A LIRE AUSSI - Qui est Marco Foyot, le "Platini" de la pétanque?

Derrière le comptoir de ce bar à la mode, Alexis joue à la pétanque. Cet étudiant s’y est mis, il y a à peine un an.

“C’est drôle d’y jouer avec ses amis d’avoir ce côté compétitif, mais sans plus. C’est une partie de plaisir à côté d’un verre. Ce n’est vraiment pas quelque chose que je trouve ringard.”

Pas ringard voire carrément bobo, Franck le patron de ce bar à pétanque a trouvé le bon filon. “Je me suis dit tient, c’est un sport universel. N’importe qui est capable de jeter une boule”, indique-t-il.

Un rajeunissement aussi dans les clubs

À quelques kilomètres de là, un terrain traditionnel où se retrouvent des dizaines de passionnés. Jérémy, boules en main depuis 40 ans, constate ce rajeunissement.

"Je jouais beaucoup avec des anciens et depuis peu, je me rends compte que je joue avec des personnes qui ont 20, 30 ans, des personnes qui travaillent et qui viennent le soir jouer aux boules avec nous. C’est un vrai plaisir”, assure-t-il.

Un succès qui s’explique par une meilleure couverture médiatique de la pétanque selon Thierry Dernoncourt, le président du club local.

“Plus il y a de diffusion à la télé, plus il y a de monde sur le terrain. Les gens qui étaient un peu éloignés de la pétanque y ont trouvé un intérêt et sont venus voir comment ça se passait dans les clubs”, indique-t-il.

Et désormais chez lui, plus de la moitié des licenciés ont moins de 50 ans.

Cyprien Pézeril avec Guillaume Descours