RMC

"Pour recruter, il faut proposer des CDI": passés les confinements, les restaurateurs embauchent à tour de bras

Dans la restauration, le départ de 110 000 professionnels après les confinements laisse place à une nouvelle génération, attirée par l'ambiance et des contrats stables

Serveurs, commis de cuisine, barmans... cet été, les restaurateurs embauchent à tour de bras. Avec les confinements, près de 110.000 employés ont quitté les bancs de l'hôtellerie et des restaurants qui cherchent désespérément de nouveaux volontaires.

En manque cruel de bras, les restaurateurs n'hésitent d'ailleurs pas à être moins exigeant et proposer des contrats bien plus avantageux aux candidats reçus.

Stagiaire, il décroche un CDI en trois mois

Mathis, 19 ans, en a fait l'heureuse expérience à Lyon. Au début de l'été, cet élève en école hôtelière n'a eu aucun mal à décrocher sa place dans un restaurant de la ville qui lui a tout de suite proposé, un CDI à la clé.

"Je passe du serveur, au runner, au barman. Ce sont tous des métiers très intéressants même si l'on marche beaucoup", lâche dans un sourire le jeune homme.

D'abord en stage, puis en contrat saisonnier, Mathis a donc opté pour un contrat plus long.

"Je vais être prolongé en CDI comme me l'a proposé mon patron. Mais malheureusement, je ne peux pas en temps plein. Je voudrais terminer mes études avant donc ça sera en temps partiel", continue le serveur.

LIRE AUSSI >> "Il est 8h19 et j’ai déjà refusé 7 clients": un pass sanitaire élargi au goût amer pour les restaurateurs

"Il y a beaucoup d'offres, mais pas beaucoup de candidats"

Depuis le début de l'épidémie, le restaurant Ninkasi Gerland a perdu bon nombre de ses employés. Il a donc fallu recruter pour la saison. Au moins 17 postes étaient encore à pouvoir la veille de l'été.

"C'était pas vraiment facile parce qu'on n'était pas les seuls à recruter. Il y avait beaucoup d'offres, pas beaucoup de candidats. Alors si on voulait être attractifs, il fallait proposer des CDI", assume Nicolas Aubourg, directeur de l'établissement.

In fine, sur les 17 personnes recrutées, 9 l'ont été en CDI et les 8 autres ont souhaité des CDD.

Pour les autres, les offres d'emploi continuent de pulluler sur internet, où pour une fois dans le secteur, le rapport de force est plus intéressant pour les salariés.

Chrystel Schneider (avec LC)