RMC

"Il est 8h19 et j’ai déjà refusé 7 clients": un pass sanitaire élargi au goût amer pour les restaurateurs

Pour aller au café, pour prendre un verre... Ce 9 août, l'élargissement du pass sanitaire entre en vigueur. Une obligation qui ne plaît pas aux restaurateurs.

À peine ouvert, le restaurant de David refuse déjà des clients, faute de pass sanitaire. De quoi laisser un goût amer au commerçant, favorable à la vaccination. Car dès ce lundi 9 août, les Français affamés et assoiffés vont devoir dégainer leur téléphone ou tout autre document avec le précieux QR Code.

"Il est 8h19, je suis ouvert depuis 8h et j’ai déjà refusé 7 clients", explique le restaurateur sur RMC ce lundi matin, plutôt inquiet. "Comment va-t-on gérer tout ça ? Si on doit appeler la police à chaque fois qu’il y a un qui va faire une histoire parce qu’il ne veut pas se faire vacciner. Moi les policiers, je vais les appeler toutes les deux minutes, ça va être très compliqué."

Comme pour son restaurant, il faudra dorénavant montrer patte blanche avant de pouvoir accéder à de nombreux lieux : des cafés aux hôpitaux, en passant par les transports de longue distance.

>> À LIRE AUSSI - Trains, centres commerciaux, hôpitaux... où le pass sanitaire sera-t-il obligatoire?

"On n'est pas des inspecteurs de santé"

Mais certains n’en démordent pas : ils n’appliqueront pas le pass sanitaire, à l’image de Denis Coursol, gérant du café Théodore. Pour le restaurateur des Côtes-d’Armor, c’est une "raison éthique".

"On n’est pas des inspecteurs de santé, les compétences pour. On est des lieux d’échange, de convivialité, ouverts à tous et on veut le rester", assure-t-il.

Plus 6.500 commerces et lieux de restauration réfractaires à la mesure sanitaire se sont déjà répertoriés sur internet. Eux, pour sûr, ne demanderont pas le pass sanitaire de leurs clients.

Sous peine de contrôle, ils risquent une fermeture administrative de leur établissement. En cas de manquement dans une période de 45 jours, les exploitants des lieux encourent alors jusqu’à un an de prison et 9.000 € d’amende. Mais pas de quoi réfréner le breton Denis Coursol.

"On fera ce que nous dira la police si elle intervient. Si elle nous fait fermer l’établissement, on fermera l’établissement. On ira jusqu’au bout !"

À partir du 30 août, les salariés des bars et des restaurants devront être eux aussi présenter le pass sanitaire.

LC