RMC

Rentrée: déjà des couacs et des grèves dans les maternelles et collèges

La colère monte déjà dans plusieurs établissements scolaires. De nombreux collèges protestent contre des classes surchargées, tandis que les assistants de maternelle sont appelés à une grève nationale.

La rentrée est maintenant passée, élèves et parents reprennent petit à petit le rythme de l'école. Mais ce retour en classe est compliqué dans de nombreux établissements scolaires publics où les couacs s'enchaînent.

Un préavis de grève a été déposé dans un collège d’Eure-et-Loir pour protester contre les sureffectifs. Une rentrée avortée au collège Daudet à Alès car il manque deux CPE et les classes sont surchargées. Une rentrée reportée au collège de Carignan dans les Ardennes car les professeurs sont en grève à cause de mauvaises conditions d’enseignement.

Nous nous penchés sur le cas du collège Henri Barbusse à Alfortville (Val-de-Marne) où il y a toujours plus d'élèves pour autant d'enseignants ce qui résulte à des classes de sixième et de troisième surchargées. Alors, pour alerter les services publics, enseignants et parents d'élèves du collège manifestent dès ce lundi matin. Un sit-in pour protester contre une situation de moins en moins vivable pour les parents, les enseignants et les enfants.

Les enseignants prêts à faire plus d'heures pour décharger les classes

La fille de Valérie passe cette année le cap de la primaire au collège pas facile encore moins dans une classe de 6eme surchargé de 30 élèves. Valérie est inquiète pour sa fille.

"Elle est quand même un peu réservée donc je vais essayer de la rassurer en lui disant que, malheureusement, elle va devoir essayer de se concentrer un peu plus, parce que 30, c'est quand même énorme."

Les professeurs sont particulièrement frustrés par la situation. Car en plus de devoir gérer des élèves en grand nombre, la structure de l’établissement n’est pas adaptée pour tous, comme l'explique, Bunnarath, professeur d’anglais:

"J'ai 30 places assises dans ma classe donc je ne sais pas où je peux placer les AESH, ces adultes qui sont là pour accompagner certains élèves qui ont besoin d'un accompagnement spécifique", illustre-t-il.

Le collège accueille en effet 13% d'élèves reconnus comme des élèves à besoins particuliers par les institutions, donc nécessitant des aides supplémentaires et un suivi plus assidu et plus complet.

Une audience en urgence a été demandé à l’académie par les enseignants et parents d’élèves. Elle aura lieu le 12 septembre mais c’est bien tard, d’où cette grève à partir de ce lundi. Frank Muller est enseignant et membre du syndicat Snes.

"On demande des ouvertures de classes en 6e et 3e pour alléger ces niveaux. Ca fera des heures supplémentaires que les enseignants devront éponger mais malgré ça, pour faire réussir nos élèves, ces classes sont indispensables".

Et les effectifs vont encore augmenter dans cet établissement car 15 nouveaux élèves qui dépendent du secteur sont encore en attente d’affectation.

La maternelle également touchée par des protestations

Les classes maternelles vont quant à elles peut-être devoir se passer de leur ATSEM, ces agents qui assistent les enseignants sur le temps scolaire. Les ATSEM sont appelées à la grève ce lundi par un mouvement national avec 50 000 agents qui sont concernés. A Nice par exemple, cela a pour conséquence la fermeture des cantines d'une école sur deux.

Ils réclament, entres autres, une hausse de leurs salaires de 183 euros net mensuels, un dégel du point d'indice de 10% au moins et son indexation sur l’inflation. Les agents exigent également une reconnaissance précise de la pénibilité de leur métier. Ce mouvement pourrait continuer puisque le préavis déposé par la CGT court sur tout le mois de septembre.

Bettina De Guglielmo et Tanguy Roman-Clavelloux (édité par J.A.)