RMC

Rentrée des professeurs: les contractuels entre "peur" et "hâte"

Les professeurs font leur rentrée, ce mercredi 31 août 2022, un jour avant les élèves. Pour les 3.000 contractuels recrutés cet été, c'est une grande première. Certains d'entre eux n'ont, d'ailleurs, toujours pas d'affectation et le stress commence à monter.

Ils font leur rentrée un jour plus tôt que les élèves. Les 850.000 professeurs sont de retour sur les bancs de l'école, ce mercredi 31 août 2022. Nombre d'entre eux retournent dans leurs établissements habituels mais pour les contractuels recrutés cet été, environ 3.000, c'est la grande découverte.

"J'y pense beaucoup forcément, je lis énormément là, je suis en plein dedans", explique Cécile, 39 ans. Après avoir travaillé pendant 15 ans dans le management d'artiste, cette professeure sera en charge d'une classe double-niveau de CM1 et CM2, à Paris.

"J'ai hâte d’être dans une équipe, de pouvoir être dans une école, en tous cas de sentir qu’on est ensemble pour accompagner, transmettre et apprendre, aux élèves", souligne-t-elle.

"On se questionne quand même"

Certains n'ont pas d'autres choix que de prendre leur mal en patience. Clément est aussi contractuel, mais n'a pas encore reçu d'affectation. Cela crée du stress... "Rien que dans la manière de se présenter, je pense qu’elle sera totalement différente si je suis affectée à une classe de petite section ou de CM2", explique-t-il.

Ingénieur de formation, il n'a jamais enseigné à des enfants et a peur de ne pas être pédagogue. "J'ai un niveau Bac +5, donc j'ai un certain nombre de connaissances qui normalement permettent de couvrir les savoirs qu’on doit transmettre en primaire, mais on se questionne quand même par rapport à la manière de le transmettre."

En quatre jours de formation, les contractuels n'ont pas forcément eu le temps de voir tous les aspects du métier.

"J'ai peur d’être trop exigeant, de faire abstraction des difficultés que pourraient avoir certains ou, au contraire, de faire des séquences trop faciles qui n’amèneraient pas assez de connaissances", souligne Clément.

Ils "vont faire le mieux possible"

Pour Mara Goyet, professeure d'histoire au collège, invitée sur RMC ce 31 août 2022, "la situation est accablante pour qu’on en soit là". Selon elle, il y a une hypocrisie totale. "On passe notre temps à dire que les enfants sont le bien le plus précieux, qu’il faut faire très attention aux élèves et on recrute des gens à la va-vite."

Pour autant, elle ne remet pas en cause les qualités et l'envie des contractuels.

"On peut compter sur le fait que ces gens vont faire le mieux possible et que de toutes façons, face à une classe, vous êtes obligé de faire bien, sinon vous êtes complètement débordé."

Elle ajoute que, si pour être professeur il faut "un niveau" et "une vocation", elle rappelle que l'enseignement se fait face aux élèves, sur le terrain.

Caroline Philippe (édité par A.B)