RMC

Solution de secours pour les notes du baccalauréat: "On se moque de nous!"

Le ministre de l'Education a présenté mercredi une solution de secours pour que tous les élèves aient leurs notes du baccalauréat vendredi. Mais professeurs et lycéens ne sont pas forcément convaincus.

Après avoir admis qu’il y avait un “petit risque”, en direct sur RMC, que des élèves qui ont passé le baccalauréat n’aient pas toutes leurs notes vendredi, Jean-Michel Blanquer a trouvé une solution mercredi.

Le ministre de l’Education nationale a expliqué sur BFMTV que si des notes manqueraient ce serait la note de contrôle continu qui serait retenue provisoirement. Lorsque la note de l’examen sera dévoilée par les professeurs grévistes, la meilleure des deux sera retenue, ce qui pose des soucis d’équité.

"Très clairement, on a l’impression qu’on se moque de nous"

Car à la veille de la publication des résultats du bac, une partie des correcteurs n'a toujours pas rentré les notes des candidats. Un moyen de pression des enseignants pour protester contre les réforme du lycée et du bac. Alors que les jurys doivent se réunir aujourd'hui pour finaliser les résultats, entre 50.000 et 100.000 copies seraient encore retenues selon le ministre.

Certains lycéens ne sont pas vraiment séduits par la solution de secours du ministre de l’Education. Antoine, lycéen en terminale ES.

"Si je ne n’ai pas ma copie de philo, cela va être très compliqué que moi. En philo, je tournais à 8 de moyenne. Pour le bac, j’ai l’impression que j’ai mieux réussi. Ce que fait le gouvernement, on a un peu le sentiment que c’est une décision prise à la hâte. Très clairement, on a l’impression qu’on se moque de nous".

"C’est du bricolage"

Même colère, même incompréhension au SNES-FSU, Fredérique Rolet, la secrétaire générale du syndicat condamne cette décision de Jean-Michel Banquer :

"Ce que le ministre est en train de faire, c’est du bricolage, et qui va profondément choquer les jurys. En France, on est attaché à la souveraineté des jurys, parce que c’est ce qui garantit le caractère national du bac, donc ce sont de faux résultats que nous allons donner à certains candidats, c’est absolument inqualifiable".

Dans l’académie de Toulouse, selon les syndicats enseignants, en raison de la grève des correcteurs, il devrait manquer au moins une note pour 1 élève sur 4.

Jean-Wilfrid Forquès (avec James Abbott)