RMC

Familles qui dorment par terre, billets annulés sans justification: une compagnie maritime low cost sème la zizanie à Sète

-

- - -

TEMOIGNAGE RMC - Une compagnie sensée assurer la liaison entre la France et le Maroc laisse des passagers sur le carreau ayant vendu plus de billets que ce qui était possible.

Des voyageurs toujours bloqués à Sète dans l'Hérault dans l'attente de traverser la Méditerranée vers le Maroc. Alors que ces passagers devaient embarquer direction Tanger sur des ferries de la compagnie marocaine low-cost InterShipping, certains bateaux connaissent d'importants retards ou sont carrément supprimés.

Les déboires s'enchaînent depuis le premier ferry concerné le 10 juillet dernier, et les passagers sont livrés à eux-mêmes sans informations alors que la destination extrêmement prisée à l'approche de l'Aïd. Les passagers qui ne peuvent pas embarquer doivent passer la nuit dans la voiture ou sur le port depuis plusieurs jours.

"Il y avait plein de monde, des gens à terre qui dorment avec des enfants. C'était la zizanie!"

Ils sont excédés et s’entassent depuis 9 jours sur le parking du port de Sète. Retards, annulations, une compagnie débordée. La semaine dernière, la famille d’Abdel s’est retrouvée coincée elle-aussi.

"J'arrive là-bas, on me dit que mon billet est annulé. C'est géré par des mafieux excusez-moi du terme. Il y avait plein de monde, des gens à terre qui dorment avec des enfants. C'était la zizanie!"

La famille Lilloise attend 4 jours à l’hôtel dans l’espoir d’embarquer puis Abdel rebrousse chemin.

"Il y avait de la violence. Et aucune réponse de la compagnie ! J'ai des enfants en bas-âge donc je suis reparti, je peux pas me permettre de rester là-bas. On a perdu quatre jours de vacances, c'est honteux."

"InterShipping a vendu des billets pour des rotations qui n'existent pas"

Les dysfonctionnements se sont poursuivis ce week-end. La croix rouge est intervenue. La compagnie low-cost avait droit à 36 rotations dans le port mais elle en a prévu plus. InterShipping est fautif indique le secrétaire général de la préfecture du département; Thierry Laurent :

"InterShipping a vendu des billets pour des rotations qui n'existent pas. Il y a par ailleurs manifestement sur sur-booking."

Il menace: InterShipping doit annuler les prochaines traversées non autorisées par les autorités, ou l’accès au port lui sera complètement interdit.

>>> A LIRE AUSSI - Recul, effets secondaires, bénéfice/risque... Sept questions que vous vous posez peut-être toujours sur la vaccination

Nicolas Traino (avec J.A.)