RMC

Faut-il fermer les Champs-Élysées samedi? Ça fait débat sur RMC

L'avenue sera interdite à la circulation des voitures ce samedi. Les piétons seront autorisés, mais soumis à un contrôle renforcé. C’est la décision de Christophe Castaner. Le ministre de l’Intérieur promet d’être "intraitable". Hors de question de revoir les images de violence qui ont émaillé les deux derniers samedis de mobilisation.

Tout sera fait pour qu’aucune arme, aucun casseur ne puisse accéder aux Champs Elysées. Christophe Castaner a détaillé le dispositif ce jeudi soir sur France 3.

"Nous avons décidé de fermer les Champs-Elysées à la circulation. De les fermer de façon hermétique mais d'ouvrir aux piétons qui souhaitent venir. D'abord pour soutenir les commerces mais il y aura des contrôles d'identité systématiques, des contrôles de sacs pour éviter ce qu'il s'est passé la semaine dernière surtout que nous savons, à l'heure à laquelle je vous parle, que l'ultra-droite et l'ultra-gauche, se mobilisent pour venir une nouvelles fois casser. Nous serons intraitables. Non seulement le périmètre sera protégé mais nous aurons des forces d'interpellation sur le site et dès qu'il y aura des dégâts, des provocations, nous sanctionnerons, nous interpellerons et nous livrerons à la justice". 

Au moins 5.000 CRS répartis dans toutes les rues adjacentes aux Champs Elysées. Là aussi, ce sera barrage filtrant. Les piétons seront contrôlés, les sacs fouillés, comme c’est habituellement le cas quand l’avenue est rendue piétonne un dimanche par mois.

"Ça va être extrêmement compliqué de pouvoir sécuriser pleinement les Champs-Elysées"

Mais le dispositif est compliqué à mettre en place. Et les casseurs sont très habiles pour se faire passer pour des manifestants ou de simples piétons explique Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint du syndicat de police Alliance.

"Ça va être extrêmement compliqué de pouvoir sécuriser pleinement les Champs-Elysées c'est-à-dire avec un filtrage où certains seraient autorisés et pas d'autres. On va devoir assurer aussi le maintien de l'ordre. On va voir comment ça va se passer mais je suis extrêmement inquiet si une nouvelle manifestation se fait sur les Champs-Elysées parce qu'on a les commerces, on a trop de rues adjacentes pour pouvoir sécuriser pleinement ces Champs".

Les commerçants restent dubitatifs. Comme dans beaucoup de centre-ville en France. Nombreux sont ceux qui s’attendent encore à un samedi sans achat.

Matthieu Rouault