RMC

"Il y a un climat de tensions, de menace", réagissent les politiques après l'agression du président

Les réactions des politiques se multiplient après l'agression du président en déplacement dans la Drôme. Tous condamnent unanimement le geste.

Quelques heures après la gifle, Emmanuel Macron a improvisé un nouveau bain de foule comme si de rien n'était. “Je vais toujours au contact, à porté d’engueulade comme on dit. La bêtise et la violence non, pas en démocratie. Il ne faut rien laisser à la violence”, appuie-t-il.

>> A LIRE AUSSI - Emmanuel Macron giflé: "Ce qui s’est passé est absolument insupportable", juge Michel Boujenah

Il n'empêche, le climat autour des prémices de la campagne présidentielle est délétère, de quoi sérieusement inquiéter le député LR Julien Aubert et l'Insoumis Alexis Corbière...

"Ça reflète une époque qui ne respecte plus rien. Donc ça a commencé par les professeurs ensuite ça a été les policiers, les maires, les députés et maintenant le président de la République”, indique le premier.

“Il y a un climat de tension, de menaces et il y a des gens qui entendent ces propos et qui se disent s’il faut prendre les armes et que le président est là autant que je le frappe. Pour l’instant, c’est une claque, mais ça s’arrête où tout ça?”, s’interroge Alexis Corbière.

Un "fait isolé" selon Macron

Après plus d'un an de crise sanitaire, le pays est à bout de nerfs et les politiques sont les premiers fautifs, estime le marcheur Patrick Vignal.

“Vous imaginez la violence des propos à l’Assemblée nationale, sur les plateaux télé où personne ne s’écoute. Ce n’est pas la guerre la politique”, assure-t-il.

Mais Emmanuel Macron estime que cette gifle est un "fait isolé", qu'il faut "relativiser".

Paul Barcelonne avec Guillaume Descours