RMC

Incendie de Notre-Dame: une enquête pointe des failles dans le dispositif de sécurité

La protection incendie de Notre-Dame a-t-elle été défaillante le 15 avril lorsque la cathédrale a été ravagée par les flammes? Une enquête dévoilée par Le Monde, explique que 30 minutes se sont écoulées entre la première alerte au feu et l'appel des secours.

L'enquête pointe les problèmes d'organisation au sein du PC sécurité et le manque d'expérience de l'agent en poste lorsque l'incendie s'est déclenché dans les combles de la nef. Des facteurs, qui ont considérablement retardé l'intervention des pompiers et compliqué la lutte contre les flammes.

Un système de protection incendie "trop bancal"

Depuis 2014, c'est la société privée Elytis qui gère le PC sécurité de Notre-Dame. Par le passé, des chefs d’équipe de ce PC sécurité ont qualifié le système de protection incendie "trop bancal" dans des notes et des rapports.

Le soir de l'incendie, un seul agent est au PC de sécurité de la Cathédrale. Inexpérimenté, c'est seulement son quatrième jour de travail à Notre-Dame. Il connaît mal le bâtiment raconte le journal Le Monde. Lorsque le voyant "feu" s'allume, cet employé en sécurité incendie se trompe d'endroit dans un premier temps.

30 minutes entre la première alerte et l'appel des secours

Un manque d'expérience et une légèreté du dispositif qui surprend aujourd'hui les responsables de la Cathédrale. Eux disent ignorer le dispositif de sécurité incendie, géré par l'Etat.

Le feu est localisé dans les combles de la nef, près de 30 minutes après la première alerte. "Un délai très long qui confirme une méconnaissance du bâtiment", confie un pompier. 10 minutes plus tard, les secours arrivent sur place, sans aucun espoir de pouvoir sauver la toiture.

Alfred Aurenche (avec Caroline Petit)