RMC

"Je suis écoeuré de vous": des "gilets jaunes" comptent interpeller Emmanuel Macron dans l'Eure

Le président de la République lance le "grand débat national" ce mardi entouré de maires dans l'Eure mais les "gilets jaunes" regrettent de ne pas être conviés.

Depuis lundi et pour toute la semaine, RMC est en Normandie pour prendre le pouls de la mobilisation des "gilets jaunes". A une quinzaine de kilomètres de Grand-Bourghteroulde où sera lancée ce mardi la campagne du "grand débat national", les "gilets jaunes" de Brionne comptent bien montrer qu'ils ne lâchent rien.

Ils ont envoyé une demande écrite de participation à cette rencontre entre le président de la République et des maires locaux, une demande restée pour l'heure sans réponse.

"Il a invité les maires mais pas les "gilets jaunes", ce n'est pas logique"

Mais ces Normands déterminés à être entendu par le Président. Leur baraquement de bois n’a jamais été aussi bondé, certains sont venus des communes situées aux alentours pour tenter de s’approcher du Président de la République coûte-que-coûte, comme l'explique Francis, l’un des porte-parole du mouvement à Brionne :

"Il a invité les maires mais pas les "gilets jaunes", ce n'est pas logique. Nous, notre démarche c’est de montrer qu’on est pacifiste."

Mais la visite d’Emmanuel Macron est millimétrée, très encadrée. Les "gilets jaunes s'organisent et vont tenter de se montrer au plus près du président de la République.

S'ils ne sont pas reçus par le Président, ils comptent bien réagir et préparer de nouvelles actions

Daniel, retraité, sera également présent pour exprimer sa colère:

"Je suis à bout. J’ai 80 ans, je suis écoeuré de vous M. le Président. Il va bien falloir qu'il finisse par entendre, ce n'est plus possible."

Francis espère, lui, qu'au moins certains d’entre eux pourront être conviés… pour exprimer leurs principales revendications:

"La baisse de la TIPP, cette taxe sur les carburants qui a mis le feu aux poudres, l'abandon de la CSG pour ceux qui ont des revenus faibles ou moyens, et le RIC".

Dans le cas où ils ne seraient pas reçus par le Président, ces gilets jaunes comptent bien réagir et préparer de nouvelles actions, dès la fin de sa visite en Normandie.

Marie Monier (avec James Abbott)