RMC

L'Écosse 1er pays du monde à rendre gratuites les protections périodiques: la France doit-elle faire pareil?

Dès ce 15 août, l’Écosse rend gratuites les protections périodiques pour toutes les femmes du pays. C'était déjà le cas dans les écoles et les universités depuis 2018. En France, seules les étudiantes y ont le droit. L'association "Osez le féminisme" se bat pour que cette possibilité soit étendue.

La précarité menstruelle, c'est-à-dire la difficulté d'accès à des protections périodiques, concernerait près de 1,7 million de femmes en France.

En 2020, une loi a été votée en Écosse, permettant l'accès gratuit à ces protections pour toutes les femmes, sans restrictions d'âge, de revenus ou de statuts. Elle est mise en place à partir de ce 15 août 2022.

Qu'en est-il de la France ? Depuis un an, les étudiantes ont la possibilité d'obtenir des protections périodiques gratuites. "La précarité menstruelle est un enjeu collectif et une véritable question de dignité, de solidarité et de santé. Il est inacceptable qu'en 2021 on doive choisir entre se nourrir et pouvoir se protéger", a indiqué Frédérique Vidal, ancienne ministre de l'Enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, en février 2021.

Le même système en France?

Pour autant, selon certaines associations, il faut aller encore plus loin.

"Ça serait bien qu'il y ait une gratuité des protections hygiéniques, en particulier pour les femmes qui sont en situation de précarité. Si ça pouvait être toutes les femmes, ça serait une bonne chose parce que c'est quelque chose de biologique sur lequel on n'a pas de contrôle", affirme Laëtitia Crouzet, porte-parole de l'association Osez le féminisme.

La perte du pouvoir d'achat liée à l'inflation est source d'inquiétude. "Les personnes qui étaient déjà précarisées le seront encore plus, les classes moyennes auront aussi des difficultés. Il faudrait que sur les biens de premières nécessités on puisse compter sur ce genre de loi pour ne pas encore précariser les femmes", conclue Laëtitia Crouzet.

15 % des femmes auraient été confrontées à la précarité menstruelle selon un baromètre d'Opinion Way réalisé en mai 2022 pour Règles Élémentaires, association de lutte contre ce phénomène.

La rédaction de RMC