RMC

Le difficile dialogue entre "gilets jaunes" et élus LREM sur le terrain

De nombreux élus locaux de la majorité tentent de "reconquérir" des "gilets jaunes" en organisant des débats et rencontres pour recueillir leurs doléances. Mais la tâche s'annonce rude.

Si le président de la République semble comme un poisson dans l'eau au contact des maires pour tenter désamorcer la crise des "gilets jaunes", c'est plus dur pour les élus locaux confrontés directement à la colère du peuple. Certains députés de la majorité eux aussi tentent de mouiller la chemise sur leurs territoires.

Direction Saint-Just, petit village de l'Hérault, 3.000 habitants. Depuis le début de la semaine, le député LREM de la circonscription, Patrick Vignal, y a entamé un marathon-reconquête.

"Je suis là pour recueillir vos demandes"

Des débats sont organisés dans plusieurs villages, deux ont déjà eu lieu cette semaine, il y en aura neuf au total d'ici la mi-mars, des réunions avec les maires et une confrontation directe avec les "gilets jaunes".

Mais le dialogue entre les gilets jaunes et les élus de la majorité est-il encore possible ? Au vu des échanges au bar de l'Esplanade, le bistrot du village, cela peut paraître compliqué.

"J'ai l'impression d'être une serpillière. Commencez par dire que nous sommes des gens dignes"

"Je suis là pour recueillir vos demandes", lance le député à ses administrés réunis à une table autour d'un café. "Elle nous amis dans le trou la politique, rendez-nous notre dignité. Ce n'est pas d'avoir le frigo vide qui me met en colère, c'est d'être traité comme on l'est par 'en haut'. J'ai l'impression d'être une serpillière. Commencez par dire que nous sommes des gens dignes et vous verrez, ça va apaiser."

D'autres personnes lancent leurs doléances au député et tiennent à lui faire part de leur sentiment d'être méprisés par le gouvernement.

"Les gens n'y croient plus et sont dans la défiance"

"Je ne sais pas si Macron l'a entendu mais les gens se sentent humiliés, plus encore qu'avant. Les gens n'y croient plus et sont dans la défiance."

Le député tente de les remobiliser et de les assurer de son envie de changer les choses pour le mieux. 

"J'aimerai que l'on change cette relation. Je n'ai rien de plus que vous. je suis élu, mais demain si je ne le suis plus je suis invisible. Donc comme je vous représente je veux vous représenter au mieux."

Refaire le monde ou l'améliorer, les gens n'attendent que ça. Ne reste plus qu'à joindre les paroles aux actes.

Juliette Droz et Alice Froussard (avec James Abbott)