RMC

Manifestation à Paris samedi: "Je ne dirais pas qu’on est complémentaires avec les casseurs, mais ils nous aident", affirme des "gilets jaunes"

Les "gilets jaunes" espèrent que la manifestation de samedi va donner un nouvel élan au mouvement dont l'ampleur a diminué pendant l'été.

Pour les "gilets jaunes", il s’agit de l'acte 45. En s'appuyant sur la manifestation pour le climat, samedi, à Paris, ils espèrent un nouveau souffle et une mobilisation à la hausse. Depuis le printemps, les cortèges se sont dépeuplés et beaucoup espèrent que la journée de samedi marquera un rebond. 

Sur les réseaux sociaux, les appels, unanimes, à rallier la marche climat et à "marcher contre le système" à Paris attirent d'ailleurs un nombre de personnes largement supérieur à ce qui a été observé les dernières semaines. Dans les rangs des "gilets jaunes", ce samedi est l'occasion de relancer le mouvement. David, gilet jaune, partira demain d'Angoulême, direction Paris, pour manifester. 

Il le concède, il a fait une pause dans la mobilisation cet été, mais il est de retour.

"On ne pas non plus toujours être sur le terrain parce que ça prend énormément de temps. Là, les vacances ont fait du bien. Il y en a qui ont pu se régénérer un peu, prendre du repos. Et là ça va repartir de plus belle", affirme-t-il. 

Les casseurs, une "aide" pour les "gilets jaunes"?

Christelle, elle, est restée mobilisée tout l'été. Cette secrétaire médicale motive les troupes et relis les messages échangés entre "gilets jaunes". Mobilisation en hausse, annonce-t-elle. Quant à la présence des blacks blocks et les risques de violences, elle ne s’y oppose pas fermement. 

"Moi quand ils cassent le Fouquet’s, le café à 8,50 euros personnellement, je n’y mets pas les pieds. Quand on se fait foncer dedans par les forces de l’ordre, eux, ils n’ont pas peur les jeunes et ils foncent dedans. Je ne dirais pas qu’on est complémentaire, mais ils nous aident", affirme-t-elle. 

Les manifestants ne pourront pas se regrouper dans plusieurs secteurs, les Champs Elysées, l'Assemblée nationale ou le Trocadéro. Pour tenter de contourner les arrêtés, beaucoup ont prévu de venir "en civil", sans porter leurs gilets jaunes.

Rémi Ink avec Guillaume Descours