RMC

"Mon corps était totalement épuisé": à Paris, ces terrasses éphémères qui rendent fous les riverains

À Paris, certains riverains de quartiers animés se battent contre les nuisances sonores des terrasses éphémères. Ils déposent aujourd'hui un recours contre la Ville de Paris pour “carences fautives”.

De sa fenêtre, Pierre pointe ceux qui sont devenus ses démons de minuit: "Il y a un premier bar-resto et aussi un bar à bières qui est plein". En tout, neuf terrasses "éphémères pérennisées", qui, depuis de nombreux mois, empêchent de dormir cet habitant du 11e arrondissement de Paris: "Le bruit prend deux formes. C’est de la musique avec un volume plus proche de celui de la boîte de nuit et aussi le bruit de la foule".

À force de ne pas fermer l'œil avant 4h du matin, cet entrepreneur dit avoir frôlé la catastrophe: "Pour moi la conséquence, ça a été un voyage à l’hôpital en pleine nuit. Mon corps était totalement épuisé, ça a été un moment assez effrayant".

"Carences fautives"

Avec une centaines d'autres riverains du quartier, ils ont monté une association pour dénoncer les nuisances de ces terrasses. Ils déposent aujourd'hui un recours contre la Ville de Paris pour "carences fautives".

Dans ce quartier particulièrement animé, l’association accuse la ville de ne pas réguler et contrôler l’espace public comme elle le devrait et réclame 100.000 euros de dédommagement.

Pas de terrasses éphémères cette année?

"Le recours sert à demander à la ville de reprendre en main son pouvoir de police et de contrôle. De ce fait, elle aurait dû et elle doit agir pour faire retrouver à ces riverains une tranquillité", explique à RMC Me Aurélie Gillet-Marta, l'avocate de l'association.

Contactés, les établissements visés disent faire des efforts, et assurent qu’il n’y aura pas de terrasses éphémères cet été, la mairie ayant refusé la plupart de leurs demandes. Ces terrasses sur les trottoirs, avaient été exceptionnellement élargies à la fin des confinements pour aider les bars et les restaurants, fermés de nombreux mois.

Alfred Aurenche (avec G.D.)