RMC

Paris 2024: "Le pire serait que les habitants des quartiers populaires soient uniquement spectateurs"

-

- - AFP

Village olympique et village des médias transformés en éco-quartier, construction d'une piscine olympique… La Seine-St-Denis est présentée comme le grand gagnant de l'attribution à Paris des JO de 2024 à Paris. Attention à ne pas oublier une partie de la population du département, alerte sur RMC.fr, le maire de Clichy-sous-Bois, Olivier Klein.

Olivier Klein est le maire (PS) de Clichy-sous-Bois en Seine-St-Denis. 

"C'est maintenant que tout commence. Pour les territoires comme le mien, il va falloir trouver une place pour nos habitants dans ce projet, même si nous n'accueillons pas directement de sites olympiques. Les habitants des quartiers populaires ne doivent pas être uniquement spectateurs des J.O. devant leur écran de télévision. Il n'y aurait rien de pire.

Déjà, il faut que nos habitants trouvent à travers ce projet du travail, que ce soit pendant la phase de préparation comme pendant la quinzaine. On connaît les métiers dont on va avoir besoin sur les chantiers et la construction. Il faut qu'on réfléchisse à une politique de formation pour que les jeunes de Clichy-sous-Bois puissent travailler. Il y aussi tous les métiers qu'il va falloir inventer pendant la quinzaine des JO. Il y a aussi la question du bénévolat. A Clichy nous avons 90 nationalités, on parle donc beaucoup de langues et on peut jouer un rôle dans les métiers de l'accueil, par exemple. A nous de travailler à la formation de nos habitants pour être vraiment acteurs de ces Jeux.

"Il y a de la place pour tout le monde"

Nous allons travailler sur ce que nous appelons la 'Génération 2024': pendant 7 ans nous allons suivre une centaine de jeunes de Clichy-sous-Bois, en espérant qu'il y en aura un sur un terrain sportif, d'autres qui seront sur un site pour faire du bénévolat, d'autres dont un parent aura participé à la construction d'un site... Il faut aussi que les Clichois puissent facilement accéder à la billetterie pour pouvoir assister aux compétitions.

Il y a de la place pour tout le monde pour être acteur des Jeux Olympiques. Peut-être que les retombées médiatiques ne concerneront que les villes qui disposeront d'un site (Saint-Denis, L'Ile-ST-Denis, Dugny…), mais les retombées économiques toucheront tout le département.

"Aucun territoire de Seine-St-Denis ne devra être oublié"

Sur Clichy, les J.O. nous ont déjà permis d'obtenir une station du futur Grand Paris Express, la gare Clichy-Montfermeil qui sera inaugurée en 2023. Ce n'est pas une petite retombée quand on connaît l'histoire et l'enclavement de la ville. Cela va changer le quotidien des habitants longtemps encore après les Jeux. Avec le métro du Grand Paris, nous serons à quelques minutes du Stade de France. Nous sommes également proches de la Seine-et-Marne et du site de Vaires-sur-Marne où auront lieu les épreuves de canoë-kayak.

Des athlètes du monde entier vont chercher des endroits pour s'entrainer et je veux profiter de ça pour essayer d'obtenir une amélioration de mes sites sportifs pour pouvoir les mettre à leur disposition pour s'entraîner ou s'acclimater avant le début de la compétition. Si nous atteignons tous ces objectifs, alors la réussite sera complète. L'intérêt pour tout le monde, c'est que l'ensemble de la métropole profite des Jeux et qu'aucun territoire de Seine-St-Denis soit oublié. Mais je suis optimiste."

Propos recueillis par Philippe Gril