RMC

"Plus on rendra le passage difficile, plus ils emprunteront des voies risquées": traverser la Manche, le pari risqué de nombreux migrants

Mercredi, 25 migrants ont été secourus au large de Calais alors qu’ils tentaient de rejoindre l’Angleterre en bateau. Cela porte à 1473 le nombre de migrants interceptés depuis le 1er janvier.

La situation inquiète dans la Manche. Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, reçoit ce jeudi son homologue britannique pour tenter d'endiguer les traversées clandestines qui se multiplient.

Depuis le 1er janvier, 157 tentatives de traversées ont été dénombrées par la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord et près de 1473 migrants ont été interceptés contre 586 pour toute l’année 2018. Une traversée de 33km souvent à bord de bateau de fortune, parfois même à la nage.

Mercredi encore 25 migrants dont 3 enfants ont été secourus au large de Calais alors qu’ils tentaient de rejoindre l’Angleterre à bord d’un semi-rigide. L’augmentation des tentatives de traversées s’explique entre autres par le durcissement des contrôles routiers, explique Loanne Torondel, travailleur humanitaire.

"Aujourd’hui, on n’a pas de procédures pour un migrant pour rejoindre l’Angleterre légalement pour faire une demande d’asile. Il y a de moins en moins de passage possible via les camions donc ils essayent par la voie maritime », explique-t-il.

Des routes toujours plus risquées

Et la densité du trafic maritime, les forts courants et la basse température de l’eau ne freinent pour autant pas les migrants. "Plus on rendra le passage difficile, plus ils emprunteront des voies risquées. Tant qu’on ne traitera pas le problème à la racine, on ira que vers des solutions de plus en plus dangereuse et donc plus de morts", affirme Loanne. 

Face à l’augmentation des tentatives de traversées, la préfecture maritime de la manche a dû prendre des dispositions spéciales.

"Les moyens des services de l’action de l’État en mer se sont réorganisés, densifiés pour augmenter notre surveillance avec un seul objectif, la sauvegarde de la vie humaine", indique Marine Monjardé la porte-parole de la préfecture maritime.

La préfecture rappelle que la Manche est l'une des zones au monde ou le trafic maritime est le plus important et que sa traversée est particulièrement dangereuse.

Margot Dulard avec Guillaume Descours