RMC

Préfectures débordées: un étudiant sans réponse trois mois après une demande de titre de séjour

Étudiant en informatique en alternance, Sidi a déposé sa demande de séjour au mois d'octobre. Trois mois plus tard, il n'avait toujours aucune nouvelle de sa demande, au risque de perdre son alternance si son titre arrive à expiration sans renouvellement, le 15 janvier. Grâce à RMC, il va obtenir un récépissé temporaire avant la fabrication de son titre de séjour.

Les services d’identité des préfectures sont débordés, avec des conséquences concrètes pour les usagers des services publics et notamment les étrangers qui vivent en France. A force de retards sur les prises de rendez-vous et de délais de traitement qui deviennent extrêmement longs, certains se retrouvent sans papiers.

Sidi a 22 ans, il est Mauritanien. Depuis un an, il suit une formation de développeur informatique chez Epitech, une grande école parisienne pour l'informatique et les nouvelles technologies. Il est en alternance chez BNP Paribas, ce qui lui permet de financer ses études.

Il a demandé le renouvellement de son titre de séjour en octobre dernier, son dossier est en règle et cela aurait dû être une simple formalité. Sauf que depuis le dépôt de son dossier, il n'a eu aucune réponse de la préfecture du Val-de-Marne et son titre de séjour arrive à expiration le 15 janvier.

"Mon entreprise se donne le droit de rompre mon contrat d'apprentissage"

Pour Sidi, tout cela risque d'avoir des conséquences concrètes: "Mon entreprise se donne le droit de rompre mon contrat d'apprentissage si mon titre de séjour arrive à expiration. J'ai déjà investi énormément d'argent sur la formation pour pouvoir par la suite avoir un statut professionnel ici en France." Le jeune homme dénonce la dématérialisation de ce système.

"Tout est dématérialisé actuellement. Il n'y a pas de contact humain. C'est juste un site où tu envoies les justificatifs", explique Sidi.

"J'ai essayé de contacter plusieurs fois la préfecture pour connaître l'avancement de mon dossier. Jusqu'à présent, je n'ai pas réussi à avoir de retour de leur part", a-t-il déploré.

>>> Retrouvez toutes les enquêtes de RMC s'engage pour vous en podcast

7.000 requêtes au Conseil d'État

Aujourd'hui, Sidi est coincé. Depuis le premier confinement en 2020, tout se fait par internet, sur la plateforme de l’ANEF, l'administration numérique pour les étrangers en France, avant de pouvoir obtenir un rendez-vous en préfecture. Les services sont débordés. A tel point qu'il faut parfois aller devant le Tribunal administratif, simplement pour obliger l'administration à recevoir l'usager. Le Conseil d’Etat a d'ailleurs enregistré, au niveau national, plus de 7.000 requêtes d’étrangers l’année dernière, dans des situations similaires.

Pour Sidi, l'équipe de "RMC s'engage pour vous" a sollicité la préfecture du Val-de-Marne. Alors que Sidi n’avait aucune nouvelle depuis trois mois, les services nous ont répondu, en demandant des documents complémentaires à notre auditeur. Des éléments qu’il a transmis. La préfecture s’est engagée à lui délivrer un récépissé temporaire en attendant la fabrication de son titre de séjour. Sidi devrait donc pouvoir poursuivre ses études l’esprit tranquille.

Amélie Rosique et Joanna Chabas avec Maxime Martinez