RMC

Reconfinement: pourquoi les écoles devraient rester ouvertes

Ce soir à 20 heures, Emmanuel Macron va s'adresser aux Français après un conseil de défense puis un conseil des ministres ce mercredi matin. Un reconfinement national devrait être annoncé peut-être dès jeudi soir minuit.

"La France est suspendue à l'allocution d'Emmanuel Macron ce soir, à 20 heures - et qui est à suivre en direct et en intégralité sur RMC. 

Si l'hypothèse d'un reconfinement semble de plus en plus probable, il pourrait être allégé par rapport à mars dernier. Et notamment car les écoles resteraient ouvertes. 

En effet, finie l'approche territorialisée, le Président s'apprête a annoncer des mesures nationales. "n est désormais sur ce modèle" affirme l'Elysée car la circulation du virus est diffuse sur l'ensemble du territoire.

Plusieurs sources gouvernementales décrivent un "emballement de l'épidémie partout en France" et reconnaissent que tout a basculé ces sept voire ces cinq derniers jours avec ce pic de 50.000 contaminations en 24h atteint dimanche. "Manifestement le couvre-feu n'est pas suffisant", reconnait-on à Matignon. Un reconfinement national, donc, mais plus souple qu'en mars dernier, avec deux semaines pour casser les chaines de transmission et deux semaines pour voir la diffusion de l'épidémie de stabiliser".

Principale clé de voute: les écoles ouvertes. "Des protocoles sanitaires efficaces existe, il n'y a aucune raison de les fermer", assure l'Elysée. Et des parents, qui peuvent quand le télétravail n'est pas possible, continuer de travailler en entreprises.

Reste que cela est un exercice d'équilibriste pour le gouvernement, selon Christophe Rapp, infectiologue à l'hôpital américain de Paris: "L'idée est de permettre les parents d'aller au travail et de préserver un peu l'économie. Il y a une logique à préserver l'école car les enfants ne peuvent pas se garder tous seuls. A l'inverse, fermer toutes les écoles est la solution idéale sur le plan théorique. Mais il faut s'adapter et se souvenir de la première vague: le gouvernement tire les leçons du premier confinement pour que ce soit plus acceptable. C'est encore un compromis entre économie et gestion de la crise sanitaire" analyse-t-il.

Si plusieurs foyers épidémiques recensés en milieu scolaire, les spécialistes s'accordent pour dire que le risque n'est pas aussi élevé qu'on pensait. Et surtout cela permettrait aux soignants qui ont des enfants de venir travailler sereinement explique sur RMC, Alexandre Mebazaa, chef du département d'anesthésie-réanimation de Lariboisière (AP-HP).

La rédaction de RMC