RMC

Refus d'accueil des migrants en Europe: vers des sanctions financières?

Le président français Emmanuel Macron s'est prononcé samedi en faveur de sanctions financières envers les pays de l'Union européenne qui refuseraient d'accueillir des migrants. Comment mettre en place un tel procédé? Qui serait touché? Ca fait débat sur RMC.

Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini a vivement dénoncé samedi l'"arrogance" du président français Emmanuel Macron, juste à la veille un mini-sommet européen sur les migrations qui s'annonce explosif.

Ce sommet informel sera marqué par cette mésentente entre la France et l'Italie. Sur la question migratoire. Emmanuel Macron et Matteo Salvini, le ministre de l'Intérieur italien, s'écharpent à peu près chaque semaine par déclarations interposées.

"Que la France commence par accueillir des milliers de migrants avant de donner des leçons."

Le bateau humanitaire qui vient en aide aux migrants en mer Méditerranée, l'Aquarius, s'est vu refuser l'accès aux ports italiens par le nouveau gouvernement italien ce qui a déclenché des tensions entre la France et l'Italie. 

Après la convocation de l'ambassadeur de France à Rome par l'exécutif italien, Emmanuel Macron avait dénoncé la "lèpre" qui se monte en Europe sur le sentiment anti-migrants. L'Italie réplique aussitôt: "Que la France commence par accueillir des milliers de migrants avant de donner des leçons."

Emmanuel Macron va donc proposer ce dimanche que les migrants qui arrivent sur le sol européen soient pris en charge dans des centres fermés, principalement en Italie, où leur situation serait rapidement examinée. Ceux qui sont éligibles au droit d'asile seraient pris en charge, les autres seraient rapidement reconduits dans leur pays d'origine.

Macron cherche à renforcer son axe Paris-Berlin et Paris-Madrid

Une perspective qui n'accueille évidemment pas positivement les Italiens.

"Si l'arrogance française pense transformer l'Italie en camp de réfugiés pour toute l'Europe, elle se fourvoie complètement."

L'Italie reproche à la France de ne pas faire assez pour accueillir les migrants et de refouler ceux qui tentent de traverser la frontière entre les deux pays. Le chef de l'Etat français cherche ainsi des alliés dans cette lutte diplomatique. C'est pour cela notamment qu'il s'est rendu cette semaine en Allemagne voir Angela Merkel, et qu'il a reçu samedi Pedro Sanchez, le nouveau Premier ministre espagnol.

Edouard Dufrasne (avec J.A.)