RMC

"Rendez-nous la messe": des catholiques font entendre leur voix et réclament la réouverture des églises

Les églises ne sont pas fermées pour ce deuxième confinement mais les messes ne sont pas célébrées. Les catholiques veulent que ça reprenne, c'est ce qu'ils vont demander ce lundi au ministère de l'Intérieur

"Il me manque un guide", "c'est un besoin vital": comme le week-end précédent, quelques milliers de catholiques se sont rassemblés dans plusieurs villes de France pour demander la levée de l'interdiction des messes en public imposée par le gouvernement pendant le reconfinement.

Depuis quelques jours, la grogne monte chez les pratiquants, notamment catholique. Le décret de reconfinement du 29 octobre 2020 prévoit que les lieux de culte peuvent rester ouverts, mais que "tout rassemblement en leur sein est interdit à l’exception des cérémonies funéraires dans la limite de 30 personnes".

Dimanche encore, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dans plusieurs grandes villes de France pour demander le retour des messes et notamment à Versailles, Nantes, Nice, Marseille ou Bordeaux. Dans la cité girondine, des prières de rues, donc interdites, ont valu aux organisateurs d'être convoqués au commissariat. 

Réunis sur le parvis de la cathédrale Saint-Louis de Versailles, ils étaient plusieurs centaines de paroissiens à prier pour demander le retour de la messe. Dans le grand édifice, Bertrand nous présente les dispositifs mis en place. "Vous avez des chaises et des étiquettes qui interdisent une place sur deux. Vous avez bien évidemment l’obligation de garder le masque”, indique-t-il.

Un nouveau protocole sanitaire présenté ce lundi

Côté musulmans, un retour des cérémonies semble pourtant prématuré pour Abdallah Zekri délégué général du Conseil Français du culte musulman. “Il y a les prières le vendredi avec les prêches où il y a des milliers de musulmans qui affluent vers les lieux de culte. Ça ne serait pas raisonnable du tout”, admet-il.

Se réunir oui, mais il faut limiter alors le nombre de personnes, c’est ce que propose entre autres le grand rabbin de France, Haïm Korsia. 

“Nous, par exemple, dans les synagogues, nous avons mis en place un médecin référent par lieu de culte. Je pense que nous avons montré que nous sommes capables de faire beaucoup d’efforts, on oblige tout le monde à mettre des masques. Nous sommes absolument prêts”, assure-t-il. 

De leur côté, les évêques de France présenteront ce lundi un nouveau protocole sanitaire, avec notamment un espace de quatre mètres carrés pour chaque fidèle, et un taux de remplissage des églises de 30% maximum. 

Margaux Bédé et Azaïs Perronin avec Guillaume Descours