RMC

A Nice, la mairie veut rendre de nouveau obligatoire le port du masque en centre-ville

Les zones les plus fréquentées seront concernées, comme le Vieux Nice. La mesure doit être votée en conseil municipal prochainement.

Le masque en extérieur, abandonné le 17 juin dernier, fait son retour à peine un mois plus tard. Comme à Saint-Malo ou au Touquet, Nice décide de remettre en vigueur le masque obligatoire dehors dans certaines de ses rues.

"Nous voulons l’imposer" a annoncé le maire Christian Estrosi vendredi, qui rappelle que le département des Alpes-Maritimes est l'un des plus touchés par le variant Delta.

>> A LIRE AUSSI - Vaccination obligatoire, passeport vaccinal étendu: certains médecins attendent des annonces fortes d'Emmanuel Macron

Il y a de la vie dans les rues piétonnes du Vieux Nice, mais pas au point de jouer des coudes dans les ruelles les plus étroites. Françoise ne comprend donc pas pourquoi elle va devoir se masquer dans son quartier.

“Ça nous embête parce que c’est le moment où il fait le plus chaud. En plus, là, ce n’est pas la foule, d’habitude, il y a beaucoup plus de monde dans le vieux Nice”, indique-t-il.

Elle ne compte pas respecter la règle. Le commerçant d’en face, son ami Christian, n’est pas d’accord avec elle inquiet de voir le taux d’incidence frôler le seuil d’alerte. “S’il faut mettre le masque, on met le masque. Je ne voudrais pas qu’on nous enferme à nouveau. S’ils nous refont une histoire comme ça, je ne suis pas sûr de tenir”, affirme-t-il.

Un été gâché?

Face à la mer, Maurice à la retraite a le masque sous le menton même si la mesure n’est pas encore en vigueur.

“Je suis pour à 100%, je n’ai jamais arrêté de le mettre. Quand je vois beaucoup de personnes sans masque, ça m'horripile", assure-t-il.

Et pour éviter les rassemblements, l’accès à la plage est interdit le week-end de 22h à 7h. Au bord de l’eau avec ses copains, Jérémy est contrarié. “On pensait vivre un été retrouvé et se retrouver privé de liberté après seulement un mois, c’est tendu”, appuie-t-il.

Des projecteurs et des drones doivent être déployés pour s’assurer du respect des règles.

Nicolas Traino et Olivier Chantereau avec Guillaume Descours