RMC

Arrêts-maladies délivrés en visio: la fin du remboursement si ce n'est pas le médecin traitant?

Le gouvernement a présenté ce lundi son projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2023. Parmi les propositions, la fin du remboursement des arrêts de travail délivrés en téléconsultation, mais pas par le médecin traitant. Une mesure qui divise, notamment à cause de la difficulté à trouver un médecin traitant.

C'est une proposition qui divise. Les arrêts de travail délivrés en téléconsultation par un médecin différent que son médecin traitant, pourraient ne plus être remboursés. Cette mesure fait partie du projet de loi de financement de la sécurité sociale, présenté en Conseil des ministres ce lundi, par le gouvernement.

Dans un entretien au Journal du Dimanche, Gabriel Attal, ministre de l'Action et des Comptes publics, a détaillé cette proposition. Il motive ce déremboursement "afin d'éviter que certains enchaînent les consultations en ligne jusqu'à trouver celui qui voudra bien leur délivrer un arrêt-maladie".

"On voit tous les abus"

Une mesure qui fait sens pour Agnès Gianotti, médecin généraliste, présidente MG France, invitée de "Charles Matin" sur RMC, ce lundi.

"On connaît des plateformes dont la spécialité est d'enchaîner, de façon très lucrative, des consultations en visio de gens qu’ils ne connaissent pas et qu’ils ne reverront jamais. Ce sont ces plateformes-là qui sont en ligne de mire parce que c’est là où on voit tous les abus", explique-t-elle.

Elle rappelle que cette mesure n'entraîne pas "la fin du remboursement des téléconsultations", mais qu'il faudra privilégier "le médecin traitant ou les associés du cabinet en visio, ou encore, des médecins sur le terrain dans le cadre d'associations territoriales". En fait, des personnes qui ne sont "pas très loin de chez vous, que vous pouvez revoir si quelque chose ne va pas et où il y a un suivi".

Entre 5 et 6 millions de Français sans médecin traitant

Quid de ceux qui ne parviennent pas à trouver de médecin traitant? C'est l'inquiétude du docteur Jérôme Marty, président du syndicat Union française pour une médecine libre. "On n’effacera pas d’un trait de plume la difficulté des Français à trouver un rendez-vous auprès d’un médecin", affirme-t-il.

Au total, entre cinq et six millions de Français se trouvent sans médecin traitant. Pour ceux qui en ont, les choses ne sont pas forcément si simples.

"Les médecins traitants sont sous une demande de soins extrêmement importante qui fait que, souvent, ils ne sont pas en capacité de répondre en temps et en heure au patient qui veut un arrêt de travail", explique le docteur.

D'après Gabriel Attal, les autorités compétentes "ont constaté une explosion des arrêts-maladies donnés, en téléconsultation, par un professionnel qui n'est pas le médecin traitant" et cela représente "près de 100 millions d'euros l'an dernier".

AB