RMC

Aucun lit de réanimation supplémentaire ouvert depuis le début de la crise Covid-19: vrai ou faux?

LOUIS VA PLUS LOIN - Le président des Républicains, Christian Jacob, a déclaré dans le JDD que le gouvernement n'a ouvert aucun lit depuis mars dernier. Vrai ou faux?

Dans le Journal du dimanche, le Président des Républicains, Christian Jacob, a déclaré qu’aucun lit de réanimation n’avait été ouvert depuis le début de la crise, alors que le ministre de la Santé avait promis de porter leur nombre à 14.000. C’est vrai qu’Olivier Véran avait évoqué 14.000 lits, c’est vrai que ce nombre n’a jamais été atteint, pas même approché, en revanche, on ne peut pas dire qu’aucun lit n’a été ouvert en un an.

Au 31 décembre 2019, avant que l’épidémie ne frappe le pays, la direction de la recherche et des statistiques recensait précisément 5080 lits de réanimation. Il y en a aujourd’hui 7046, ce sont les agences régionales de santé qui ont fait ce calcul. C’est une augmentation de près de 50% en 18 mois. Ces nouveaux lits, l’administration les appelle des “lits armés”.

Qu’est-ce que ça veut dire exactement ?

Ça veut dire que les hôpitaux ont fait de la place en déprogrammant des opérations, en transférant des patients. Des lits ont été libérés puis temporairement équipés de respirateurs artificiels pour intégrer des services de réanimation. Au plus fort de la crise, en avril 2020, il y en avait un peu plus de 10.000, soit deux fois plus que le nombre de lits permanent. La capacité d’accueil est donc flexible, mais difficile d’aller bien au-delà des 10.000.

Tout simplement parce qu’on n'a pas les bras. Si le matériel et les médicaments ne manquent pas, le personnel, lui, n’est pas assez nombreux. Un exemple, donné la semaine dernière par la Cour des comptes : quand on est passé de 5000 à 10.000 lits, cela a mobilisé plus de 10.000 professionnels de santé supplémentaires, sans compter les médecins, réanimateurs, qui sont extrêmement longs à former, au minimum 11 ans. Pour répondre à l’urgence, des formations très accélérées pour les infirmiers et les aide soignants ont été organisées dans les hôpitaux, trois jours pas plus. Insuffisant donc pour devenir à temps plein des spécialistes de la réanimation.

Pourtant, la Cour des comptes appelle l’Etat à s’armer davantage et, justement, à ouvrir de nouveaux lits permanents pour répondre au vieillissement de la population, car le problème se posera, disent les Sages, même quand l’épidémie aura disparu.

Louis Amar avec Guillaume Descours