RMC

"C'est de plus en plus violent et de plus en plus relayé": face aux menaces des "antivax", ces médecins demandent à l'Etat d'agir

TEMOIGNAGE RMC - Les menaces contre les professionnels de santé sont de plus en plus violentes et très relayées sur les réseaux sociaux. Certains opposants au vaccin et aux restrictions sanitaires appellent régulièrement à la peine de mort pour ceux qu'ils jugent "responsables" de la crise.

Face aux menaces et avant un tragique passage à l'acte, des médecins et scientifiques appellent l'Etat à agir. Depuis le début de la crise sanitaire, certains professionnels de santé sont la cible d'injures, notamment sur les réseaux sociaux. Et la violence semble avoir augmenté ces dernières semaines. Des centres de vaccination ont été la cible de dégradations tandis que le site FranceSoir a récemment publié un article citant nommément plusieurs "responsables" de la crise sanitaire appelant à ce qu'un procès se tienne car "la Veuve s'impatiente", en référence directe à la guillotine.

A l'occasion d'une conférence de presse mardi, une partie des professionnels visés ont appelés à une action en justice: "On reçoit des menaces depuis longtemps mais elles sont de plus en plus violentes depuis qu’on explique les avantages du vaccin. On reçoit des menaces de plus en plus précises et de plus en plus partagées sur les réseaux sociaux", témoigne ce mercredi sur RMC Stéphane Gaudry, professeur de médecin intensive en réanimation à l'hôpital Avicenne de Bobigny.

Ces menaces passent par des messages directs mais aussi des lettres manuscrites reçues sur leurs lieux de travail. Parfois, certains reçoivent des menaces directement à leur domicile, les menaçant eux et leur famille:

"Dans ces lettres, on nous explique qu’on va passer devant un tribunal, on ne sait pas trop lequel, mais ils l’appellent Nuremberg 2. Devant ce tribunal, on sera jugé et derrière il y aura une peine de mort qui sera soit la décapitation, la pendaison, il y a des détails très précis", explique le praticien.

>> A LIRE AUSSI - "On sait où t'habites, on va venir chez toi, on va te pendre": menacé de mort, Jérôme Marty, le médecin des "GG", "craint un passage à l'acte"

"Je prends en charge des gens atteints du Covid-19 non-vaccinés qui estiment avoir été victimes de la désinformation"

Face aux menaces, Stéphane Gaudry assure qu’il est en train de constituer un dossier juridique pour porter plainte, notamment contre le site FranceSoir qui vient de publier un article s’achevant sur un appel à la violence évoquant un procès et la guillotine comme condamnation.

C’est d’ailleurs le site FranceSoir qui cristallise les attentions et est régulièrement pointé du doigt par les médecins attaqués :

"Jusqu’ici c’était de la désinformation, déjà très dangereuse pour nos patients mais maintenant ils sont passés à un autre stade avec un appel à la violence et la décapitation, des médecins et des scientifiques. On est très nombreux à être ciblés dans cet article, très partagé par les réseaux sociaux et relayé par de nombreuses personnes très en vue dont Didier Raoult", assure-t-il.

Créé en 2019 dans sa forme actuelle en reprenant le même nom que le célèbre journal qui avait fait faillite en 2012, le site FranceSoir diffuse régulièrement de fausses informations et des contenus complotistes après avoir licencié les derniers journalistes.

Le site localisé à l’étranger, rend les poursuites judiciaires difficiles : "Le directeur (Xavier Azalbert), lui, habite en France, quelques fois il est même invité sur des plateaux de télévision. Il y a je pense les moyens de réagir", estime Stéphane Gaudry.

"On est confrontés à la violence dans les hôpitaux et ce qu’on apprend à nos jeunes collègues c’est de réagir vite et fort et c’est ce qu’on demande à l’Etat de faire, réagir vite et fort contre les personnes qui nous menacent, sinon il y a des risques de passage à l’acte. On veut une protection pour certains d’entre nous mais également un soutien et aussi un soutien de la population", ajoute le praticien.

Et FranceSoir ne se contente pas de menaces assure Stéphane Gaudry. Il déplore la diffusion massive de fausses informations qui mettent en danger de nombreuses personnes:

"Qu’est ce qui est le plus grave: la violence qu’ils mettent en place contre les médecins ou les scientifiques ou les dizaines ou centaines de victimes de la désinformation médicale dans nos services? Tous les jours, je prends en charge des gens atteints du Covid-19 non-vaccinés dont la plupart regrettent et estiment avoir été victimes de la désinformation", conclut le médecin sur RMC.

>> A LIRE AUSSI - Manifestations anti-pass: nouvelles enquêtes ouvertes sur des pancartes considérées comme antisémites

G.D.