RMC

"Ça me permet de vivre normalement": un collectif de patients réclame la généralisation du cannabis thérapeutique

Le gouvernement a officiellement lancé la réflexion avant une probable expérimentation. Un collectif de patients vient d’être créé en faveur du cannabis thérapeutique.

Le collectif "Espoir (im)patient", a plaidé ce mardi pour que le comité d’experts réuni par l'ANSM, qui doit rendre son avis en juin sur le sujet, puisse étendre la prescription de cannabis thérapeutique le plus "largement possible".

C'est-à-dire, pas seulement à certaines maladies et pas prescrit uniquement par des spécialistes. Ils demandent aussi que le cannabis thérapeutique soit remboursé par la Sécurité sociale et qu'il puisse être prescrit dans plus de maladies que ce qui est prévu aujourd'hui.

Dans le même temps, une première expérimentation officielle en France doit être menée à Marseille à la fin de l’année précisément sur la maladie de Parkinson.

"Il n’y a que ça qui me calme aujourd'hui"

Certains membres du collectif sont aujourd'hui dans une "attente immense", comme Jonathan, 36 ans, atteint d’un cancer des os. Pour lui, c’est devenu un rituel-thérapeutique: "Un petit joint le soir, c’est ce qui me permet de retrouver l’appétit, recommencer à dormir et de surtout pouvoir effacer mes douleurs au niveau du dos. Il n’y a que ça qui me calme aujourd'hui".

Jonathan en est à son 5e cancer des os en 16 ans: "J’ai essayé la médecine normale pendant des années, j’ai essayé la morphine à haute dose, j’étais somnolent, je ne pouvais pas travailler, je n’avais pas de vie sociale. Aujourd'hui, le cannabis me permet de pouvoir vivre normalement".

"Apporter une réponse qui soit médicale et scientifique"

Soigner avec du cannabis thérapeutique, c’est ce que va expérimenter pour la première fois en France à la fin de l’année l’équipe du professeur Olivier Blin, pharmacologue à l’hôpital de la Timone à Marseille, auprès de patients atteints de la maladie de Parkinson.

"Ce qui est important aujourd'hui c’est d’apporter une réponse qui soit médicale et scientifique pour dire, oui, des dérivés cannabinoïdes, mais lesquels, quelles doses, quelles proportions, ont un effet bénéfique sur tel et tel symptôme de la maladie. Ou à l’inverse, non, il faut faire attention, il peut y avoir des effets secondaires dans certaines situations".

Une expérimentation qui pourrait déboucher en cas de succès sur un médicament à base de cannabis.

Lionel Dian (avec Caroline Petit)