RMC

Campagne de dépistage massif: quelle efficacité?

Le Havre, Charleville-Mézières puis Roubaix et Saint-Etienne, sont les agglomérations dans lesquelles les campagnes de dépistage massif voulues par le gouvernement vont être expérimentées. Mais quelle est leur efficacité?

Coup d'envoi de campagnes de dépistage massif ce lundi: une première en France. Les agglomérations du Havre et de Charleville-Mézières sont pour l'instant concernées, deux villes particulièrement touchées par le coronavirus. Viendront ensuite Roubaix et Saint-Etienne aux alentours du 11 janvier.

Cette stratégie a déjà été mise en place dans d'autres pays, avec une efficacité toute relative. Le Luxembourg, la Slovaquie ou encore la ville de Liverpool au Royaume Uni ont déjà tenté le dépistage massif.

Slovaquie

Début novembre en Slovaquie, les habitants ont été invités à se faire dépister à deux reprises, à une semaine d'intervalle. Les deux tiers de la population ont joué le jeu. 38.000 personnes testées positives ont été isolées mais cela n'a pas stoppé la diffusion du virus et les contaminations se poursuivent.

Liverpool

A Liverpool, au Royaume-Uni, 500.000 habitants se sont vus proposer un test de dépistage. 120.000 l'ont fait et 1.000 personnes étaient positives. Le gouvernement estime que cette opération est une réussite car le nombre d'infections a diminué. Mais difficile de savoir si c'est le fait du confinement ou des tests massifs.

"A Liverpool, ils ont réussi à tester environ un tiers des 500.000 habitants en quatre jours. Si on testait 50% de la population, je serais le plus heureux des hommes! Nous serons sans doute en dessous", a prédit Edouard Philippe au Journal du Dimanche.

"La combinaison entre le dépistage en masse et les mesures prises à Liverpool a fait baisser les cas de manière véritablement remarquable, bien plus vite que je n'aurais estimé possible", avait déclaré à la BBC le ministre de la Santé Matt Hancock, deux semaines plus tard.

Caroline Philippe (avec C.P.)