RMC

Combien de faux certificats de vaccination cette infirmière a-t-elle délivré aux Parisiens?

Chauffeurs routiers, caissiers, éboueurs... Ces nouveaux métiers qui vont pouvoir se faire vacciner en priorité contre le Covid-19

Chauffeurs routiers, caissiers, éboueurs... Ces nouveaux métiers qui vont pouvoir se faire vacciner en priorité contre le Covid-19 - afp

L'infirmière qui exerçait à l'hôpital Saint-Anne à Paris faisait semblant d'injecter le vaccin contre le Covid à ses patients.

Cela faisait six mois que cette infirmière travaillait dans ce centre de vaccination, installé à l'hôpital Saint-Anne à Paris. Venue en renfort dans ce centre depuis janvier, cette infirmière, vacataire, n'était pas une salariée de l'hôpital.

Cette infirmière est soupçonnée d'avoir elle-même pris des rendez-vous pour ses contacts. Des patients qui repartaient donc sans être vaccinés, mais avec un certificat de vaccination en poche. On ne connaît pas pour l'instant, l'ampleur de l'affaire: le nombre de patients faussement vacciné est pour l'heure inconnu.

Ses collègues auraient remarqué un brusque changement de son attitude. Cette infirmière tenait de plus en plus personnellement à s’occuper de certains patients. Alors que son comportement est signalé à la direction, le travail de cette infirmière est alors discrètement observé par les médecins du centre.

Une enquête en cours

Et finalement, il y a une semaine, alors qu'elle est censée vacciner un couple qu'elle semble connaître. On remarque que l'infirmière n'injecte pas le vaccin. Confronté à ses actes, l'infirmière n'a pas nié. Vacataire, son contrat a finalement été aussitôt rompu par l'hôpital.

>> A LIRE AUSSI - Le vaccin contre le coronavirus provoquerait du "magnétisme": la fake news en tendance sur TikTok

Contactée, la direction du Groupe Hospitalier Universitaire, indique avoir signalé "une suspicion de fraude" auprès du Parquet de Paris. Le groupe hospitalier a également signalé cette "suspicion de fraude" à l'Ordre des Infirmiers, mais aussi à l'ARS.

C'est l'enquête qui déterminera si ces faux certificats s'échangeaient contre de l'argent ou bien s'il s'agissait d'un acte militant.

Une enquête en cours

Et finalement, il y a une semaine, alors qu'elle est censée vacciner un couple qu'elle semble connaître. On remarque que l'infirmière n'injecte pas le vaccin. Confronté à ses actes, l'infirmière n'a pas nié. Vacataire, son contrat a finalement été aussitôt rompu par l'hôpital.

Contactée, la direction du Groupe Hospitalier Universitaire, indique avoir signalé "une suspicion de fraude" auprès du Parquet de Paris. Le groupe hospitalier a également signalé cette "suspicion de fraude" à l'Ordre des Infirmiers, mais aussi à l'ARS.

C'est l'enquête qui déterminera si ces faux certificats s'échangeaient contre de l'argent ou bien s'il s'agissait d'un acte militant.

Maxime Levy avec Guillaume Descours