RMC

Comment le gouvernement veut relancer l'appli Stop Covid

L'application StopCovid doit être lancée ce week-end.

L'application StopCovid doit être lancée ce week-end. - 01net.com

Après des débuts compliqués, le gouvernement veut relancer l'application Stop Covid en lui offrant un lifting alors que le logiciel n'est pas vraiment plébiscité par les Français.

Pour contrer cette deuxième vague le gouvernement tente de relancer l'application de traçage Stop Covid. Jean Castex, le Premier ministre, a annoncé hier qu'une nouvelle version de l'application allait être présentée jeudi 22 octobre.

Car pour l'instant, Stop Covid n'a envoyé que 472 messages depuis début juin. Un chiffre dérisoire au regard des milliers de nouveaux cas positifs diagnostiqués chaque jour. Cette application est "un fiasco et un plantage complet" enrage un député de la majorité en pointe sur le sujet, pour qui "il faut tout changer".

Alors le gouvernement planche sur une refonte complète de l'application, pour la rendre plus interactive, par exemple, avec des Q/R codes installés chez les commerçants, dans les restaurants ou dans les transports en commun.

Seulement 7969 cas positifs déclarés

Pour inciter les clients et les usagers à la télécharger, la nouvelle version de Stop Covid, qui pourrait changer de nom, devrait aussi servir à rappeler les gestes barrières et disposer des derniers chiffres précis concernant l'épidémie.

Selon des chiffres du gouvernement, seulement 7969 personnes s'y sont déclarées comme étant positives, depuis début juin. Bien loin des milliers de nouveaux cas diagnostiqués chaque jour en France. Jean Castex avait d'ailleurs récemment admis lui-même ne pas avoir téléchargé l'application. Et Stop Covid marchait "mal", aux yeux du secrétaire d'Etat au numérique Cédric O. L'application n'a pas reçu les faveurs des Français 2,6 millions de téléchargements. En Allemagne, l'application du même type a été téléchargée 18 millions de fois. Et au Royaume-Uni, son équivalent a été téléchargé par 16 millions de Britanniques.

Paul Barcelonne (avec Guillaume Dussourt)