RMC

Comment se les procurer, amendes... Tout savoir sur les attestations de déplacement

Depuis mardi à midi, les Français sont appelés à rester chez eux. Ils ne peuvent sortir de chez eux qu'avec une attestation sur l'honneur imprimée ou manuscrite sur le modèle qu'on peut retrouver sur le site du ministère de l'Intérieur sous peine d'amende de 135 euros.

Les Français sont appelés à rester chez eux. Les mesures de sécurité se renforcent une nouvelle fois pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. Le "confinement" débute ce mardi à midi, avec des déplacements limités à l'absolu nécessaire.

Le "confinement" en France laisse une certaine souplesse par rapport à d'autres pays mais il faudra des attestations pour justifier ses déplacements.

Pour aller faire des courses, chez le médecin ou à la pharmacie, il les faudra "systématiquement"

Le télétravail est le principe général. Mais des formulaires téléchargeables permettront aux employeurs d'expliquer que des salariés sont "indispensables" et doivent utiliser les transports en commun pour aller travailler.

Pour les personnels soignants, "la carte professionnels suffira". Des taxis et chambres d'hôtel pourront être réquisitionnées pour leur permettre de travailler "dans de bonnes conditions".

Pour aller faire des courses, chez le médecin ou à la pharmacie, il faudra "systématiquement écrire, par une attestation sur l'honneur, ou via un formulaire téléchargeable sur le site du ministère de l'Intérieur" les raisons qui permettent d'expliquer "pourquoi on est dehors". Même chose pour aller chez un parent âgé qui a besoin d'aide.

>>> Retrouvez ici le formulaire du ministère de l'Intérieur

"Regrouper les choses"

Et on "regroupe les choses": "On essaie de ne pas sortir une fois pour aller chez le boucher, une fois pour aller chez le maraicher, une fois pour aller au supermarché."

L'objectif du gouvernement est que "chacun soit bien conscient que lorsqu'on se déplace à l'extérieur de son domicile, il faut avoir une raison impérative pour le faire".

135 euros d'amende

"Evidemment il y aura de la coercition" dès lors que les règles ne sont pas respectées, a précisé la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye, "cela signifie que des amendes pourront être données". "Nous n'allons pas déployer l'armée dans les rues. En revanche il y aura des contrôles par les forces de sécurité intérieures". Le ministre de l'Intérieur a précisé que les amendes seront à hauteur de 135 euros: le décret a été publié dans la nuit de mardi à mercredi. L'amende est donc passé de 38 à 135 euros, voire 375 euros en cas de majoration. 

"Il est possible de sortir" pour " prendre l'air" et faire de l'activité physique, "mais à condition que ça ne donne pas lieu à des regroupements avec d'autres personnes", a indiqué la porte-parole. 

J.A. avec AFP et Quentin VInet