RMC

Contaminations en hausse notamment chez les enfants: vers une huitième vague de Covid?

Le Covid-19 revient. Les contaminations sont en hausse dans la majorité du pays et notamment chez les 3-10 ans. Le professeur Rémi Salomon, invité d'Estelle Midi, est inquiet de cette situation.

La menace d'un automne à nouveau gaché par la pandémie ? Les contaminations au Covid-19 repartent à la hausse, une huitième vague imminente menace le pays selon le ministère de la Santé.

Ce lundi, 41.850 cas positifs ont été recensés en 24 heures, soit 56% de hausse des contaminations sur une semaine. La moyenne lissée sur la semaine est au-dessus des 20.000 cas. Le nombre de malades admis en soins critiques a cessé de diminuer. De même, le taux d'incidence a augmenté de 10% en une semaine.

Un rattrapage chez les jeunes

Une augmentation surtout visible chez les enfants: chez les moins de 10 ans, il y a 30% d'augmentation en une semaine. Mais pas forcément de rôle prépondérant de la rentrée. Les médecins spécialistes penchent à un rattrappage d'Omicron sur cette tranche d'âge. Auparavant moins contaminants qu'un adulte, les enfants seraient aujourd'hui tout autant contaminants.

Invité d'Estelle Midi sur RMC, le Professeur Rémi Salomon, président de la commission médiacle de l'APHP, dit son inquiétude et demande que les plus âgés fassent leur quatrième dose: "Chez les sujets âgés, il faut faire des rappels de vaccination, très efficace contre les formes graves. Ceux qui n'ont pas fait de rappels depuis longtemps sont à risque de faire des formes graves."

"Pas une maladie anodine"

Son inquiétude vient du fait que le Covid n'est pas une "malade anodine":

"Même si on ne fait pas un Covid grave, il y a des gens qui gardent des symptômes pendant de nombreux mois mais aussi des études montrent qu'à distance, même si le Covid était léger, il peut y avoir des lésions au niveau des vaissseaux du cœur ou du cerveau."

Il plaide pour un retour du "masque", des "gestes barrières" et surtout de "l'aération des lieux'': "On l'a complètement laissé de côté. Vivre avec, ça ne veut pas dire le négliger. On ne peut pas bloquer le pays, mais il faut faire attention aux plus fragiles."

MM