RMC

Contrairement à ce qu'on pense, quand on a mal au dos, il faut bouger!

Au cours de leur vie, 4 personnes sur 5 souffriront de mal de dos. Alors que l'Assurance maladie lance une campagne de prévention, les médecins préviennent: pour guérir, il faut maintenir une activité physique.

On dit de lui que c'est le mal du siècle. Au cours de leur vie, 4 personnes sur 5 souffriront de mal de dos, plus précisément de lombalgie. 5 millions de patients sont touchés en France. C'est l'un des motifs de consultation le plus fréquent en médecine générale. Une lombalgie sur cinq entraîne un arrêt de travail, selon l'Assurance maladie, qui dépense 1 milliard d'euros par an pour les traitements du mal de dos. C'est également la troisième cause d'admission en invalidité.

La Cnamts, Caisse nationale d'assurance-maladie des travailleurs salariés présente ce jeudi une campagne de sensibilisation sur le mal de dos, à destination du public, et qui va s'étaler sur 3 ans. L'objectif de l'Assurance Maladie est de lutter contre les idées reçues pour faire changer les comportements, avec ce message: pour guérir, il faut maintenir une activité physique.

"Ne plus bouger va entraîner une perte de musculature"

En effet, l'erreur principale, quand on a mal au dos, c'est de stopper tout mouvement pour faire passer la douleur. Cela produit l'effet inverse en fragilisant le dos, comme l'explique Patrick Louvrier, kinésithérapeute hospitalier. "Le fait de ne plus bouger, va entraîner une perte de musculature, ainsi qu'une perte de souplesse. Petit à petit, si on ne bouge pas, la douleur va paradoxalement augmenter et les capacités fonctionnelles vont diminuer. Le bon traitement en fait, pour le mal de dos, c'est le mouvement. Et c'est vrai que ce n'est pas intuitif".

"Eviter que s'instaure un cercle vicieux"

Un message que martèle également le Professeur Lyon-Caen, médecin conseil national à la Caisse Nationale d'Assurance maladie. "Il faut bouger ! Le repos ne fait qu'accentuer et prolonger la douleur dans le temps. Lorsqu'on a mal au dos il ne faut pas s'arrêter. L'important c'est de ne pas se coucher et de ne pas rester immobile. A cause de la douleur on a peur de bouger, on ne bouge plus mais alors les muscles s'affaissent et les articulations se gèlent et c'est alors qu'un cercle vicieux qui s'instaure et ne fit qu'accentuer le mal de dos". De mauvais réflexes peuvent en effet amener la maladie à s'installer et à devenir chronique. C'est le cas pour 7% des patients.

P. G. avec Benoît Ballet